Série: "The OA", le chef-d’œuvre inattendu de Netflix

Quels cachotiers ! Chose rare, Netflix n’avait rien communiqué avant le lancement de la série "The OA". Aucune rumeur n’a circulé, juste une bande-annonce le 14 décembre. Et ils ont bien fait : cette série OVNI produite par Brad Pitt  s'annonce comme digne successeur de "Stranger Things", le succès de l’été dernier. Nous avons vu les 8 épisodes, voici notre avis.

Pas de spoiler
Vous dévoiler ce que veut dire le titre, "The OA" serait une grossière erreur. Tout dans cette série originale Netflix est étrange, le temps, le rapport entre les gens, la façon dont ils agissent et communiquent, s’unissent. "The OA" est sans doute la grande série tant attendue en 2016, délivrée en toute fin d’année comme un cadeau.

"La miraculée du Michigan"
Pour ne pas déflorer l’intrigue et parsemer cette chronique de spoilers, on dira seulement que dans les premières minutes de "The OA", une jeune femme (Brit Marling, phénoménale) réapparait dans sa ville après une longue absence. Il y a sept ans, elle était aveugle, elle revient tout à fait voyante. Sa famille se demande si elle a été enlevée, durant ces années sans aucune nouvelle d’elle. Au lieu de raconter ce qu’elle a traversé à ses parents ou au FBI, la jeune femme enregistre des vidéos et tente de se connecter sur Internet mais on l'en empêche.

Envoûtement puissant
Dès les premières images, sans que l’on comprenne le moindre de ses agissements, elle déclenche une série de questionnements, que ce soit envers ceux qu’elle aime, qui la menacent ou l’admirent. Une scène du premier épisode vous glace, mettant en scène un molosse et des adolescents. Dès lors, soit vous abandonnerez la série après vous être assoupi, soit vous ne la quitterez plus et obéirez à l’injonction de l’héroïne nommée Prairie Johnson : "Je veux que vous fermiez les yeux, que vous imaginiez tout ce que je vous raconte comme si vous l’aviez vécu, comme si vous étiez moi". Et l’envoûtement commence, tout est mis en place pour que vous glissiez sur la pente de l’inconnu, de mondes souterrains, de dimensions insoupçonnées.

"Chaque choix ouvre de nouvelles possibilités"
Au travers des huit épisodes, on se prend au jeu habile des scénaristes, on frissonne, on s’émerveille de la créativité humaine, quand il s’agit de survivre ("On est tous morts un nombre incalculable de fois"), on se laisse embarquer dans un ballet hypnotisant, une danse tribale, une révélation : l’empathie peut changer le monde.

"The OA" frappe plus fort encore que "Stranger Things" (le côté revival des années 80 pouvant vite lasser) et s’érige à l’opposé des "Walking Dead" et autres sagas sanguinolentes tendues à l'extrême.

Brad Pitt a senti que "The OA" serait la série à soutenir cette année et l’a produite. On lui dit merci pour cette ode à la spiritualité, libre et sensuelle. Une odyssée vibrante et glaçante. Un conseil : regardez-la en version originale sous-titrée (la bande-annonce ci-dessus est en français).

V. N.

"The OA", avec Brit Marling, Emory Cohen ("Brooklyn"), Scott Wilson ("The Walking Dead"), Phyllis Smith ("The Office"), Jason Isaacs ("Harry Potter", "Dig"), Alice Krige ("Star Trek: First Contact"), Patrick Gibson ("The Tudors"), Brendan Meyer, Ian Alexander et Brandon Perea. Réalisation : Zal Batmanglij. Production : Brad Pitt, Dede Gardner, Jeremy Kleiner et Sarah Esberg (les producteurs de "12 Years a Slave") et Michael Sugar ("True Detective") producteurs exécutifs ainsi que Brit Marling et Zal Batmanglij.

"The OA", série originale Netflix, 8 épisodes disponibles en exclusivité sur Netflix depuis le 16 décembre 2016. Démarrez Netflix sur Proximus TV via votre menu  à la demande > séries ou via la chaîne 204.

Valérie

Une image ? Plume voltigeuse. Le soir, je cuisine ou j’écris. Des histoires d’assiettes, de rencontres, nouvelles ou romans, selon l’inspiration. Le jour, je rédige chroniques et dossiers thématiques sur Skynet.be, sujets gastronomiques dans des magazines féminins. Un plat ? Le risotto aux artichauts. Un plaisir ? Décortiquer les sensations, les couleurs et les saveurs. Un programme ? Capturer l’air du temps, porter un regard critique sur la société du spectacle dominée par l’image. Donner le goût du voyage et de l’inconnu à mes enfants. Rencontrer de belles personnes et peaufiner l’art de l’interview.Blog perso : http://www.madamemonsieur.be

Cet article me rend ...

  • 2
  • 5
  • 0
  • 0
  • 0

A lire également

Attention : regarder la télévision peut freiner le développement des enfants de moins de 3 ans, même lorsqu’il s’agit de programmes qui s’adressent spécifiquement à eux. Plusieurs troubles du développement ont été scientifiquement observés tels que passivité, retards de langage, agitation, troubles du sommeil, troubles de la concentration et dépendance aux écrans