Ewan McGregor a vraiment pris du poids pour Fargo

Ewan McGregor voulait utiliser des prothèses corporelles afin de paraître plus gros pour son double rôle dans la nouvelle saison de la série Fargo, mais il n'en a rien fait. Comme il l'explique à Vanity Fair, le réalisateur l'a convaincu de prendre du poids naturellement.

À tout juste 46 ans, Ewan McGregor était au meilleur de sa forme quand on lui a offert le double rôle des frères Emmit et Ray dans la nouvelle saison de la série Fargo. L'acteur venait juste de sortir du tournage de Transpotting 2, dans lequel il avait tenu un rôle physiquement exigeant avec beaucoup de courses poursuites. C'est donc naturellement qu'il a demandé au showrunner de la série, Noah Hawley, d'utiliser des prothèses corporelles pour le faire paraître plus gros.

Malheureusement pour lui, ce dernier a insisté pour que son surpoids soit totalement naturel. « Je commandais un énorme dessert à la fin de mes repas et j'ai tout de suite commencé à prendre du poids, explique-t-il dans une interview donnée à Vanity Fair. C'est assez sympa quand vous commandez de la nourriture, parce que vous pouvez prendre ce que vous voulez. Mais la vérité, c'est que lorsque j'allais me coucher la nuit, je ne me sentais pas très bien. »

Il poursuit, expliquant le pourquoi de ce sentiment de mal-être : « Je suis un mec assez petit. Je ne suis pas habitué à porter beaucoup de poids. Ça ne vous fait pas sentir super bien. Je préfère me sentir maigre et en bonne santé. Mais cette méthode fut efficace. Ça a bien marché ». On peut voir le résultat de cette incroyable transformation dans le premier épisode de la saison lorsque son personnage Ray sort de la baignoire complètement nu.

Cover Media

Cet article me rend ...

  • 0
  • 0
  • 0
  • 0
  • 0

A lire également

Attention : regarder la télévision peut freiner le développement des enfants de moins de 3 ans, même lorsqu’il s’agit de programmes qui s’adressent spécifiquement à eux. Plusieurs troubles du développement ont été scientifiquement observés tels que passivité, retards de langage, agitation, troubles du sommeil, troubles de la concentration et dépendance aux écrans