Naomi Watts s’est inspirée de son rôle de mère pour son nouveau film

Naomi Watts, comme toutes les mères, s’inquiète pour ses enfants. Elle raconte au magazine W qu’elle a utilisé ses propres peurs pour son rôle dans le film The Book of Henry.

Naomi Watts joue le rôle de Susan, une mère de deux jeunes garçons, dont l'un concocte un plan pour sortir sa petite voisine des griffes de son beau-père qui la maltraite.

Elle-même mère de deux fils, Sasha, 9 ans et, Sammy 8 ans, issus de sa relation avec son ex-partenaire Liev Schrieber, l’actrice de 38 ans s’est sentie en phase avec la nature protectrice de son alter ego. « Votre travail en tant que parent est de protéger vos enfants, leur santé et leur sécurité et, bien évidemment, de leur donner de bonnes valeurs. Et l'idée d'avoir un de vos enfants en difficulté, c'est la plus grande peur que l'on puisse avoir, et la plus grande source de douleur. Donc oui, je peux m’identifier à ça », a-t-elle déclaré au magazine W.

Jacob Tremblay et Jaeden Lieberher, avec qui elle a déjà travaillé respectivement dans Oppression et St. Vincent, incarnent ses deux fils.

Naomi Watts pourra également être vue cette année dans l'adaptation cinématographique des mémoires de l’écrivain et journaliste Jeanette Walls, Le château de Verre, aux côtés de Brie Larson, Woody Harrelson et Sarah Snook. « Je joue la mère de Jeannette Walls, explique l’actrice. J’ai trouvé que c’était un personnage génial. Je lui ai parlé au téléphone. Et j’ai vu beaucoup de vidéos disponibles et toutes les interviews que Jeanette a faites, en plus de lire les livres. Je l’ai également entendu en parler. Nous avons échangé des emails et nous avons parlé plusieurs fois au téléphone. Et j’ai juste trouvé que (Rose Mary) était un personnage fantastique, hors du commun… »

Cover Media

Cet article me rend ...
  • 0
  • 0
  • 0
  • 0
  • 0

A lire également

Attention : regarder la télévision peut freiner le développement des enfants de moins de 3 ans, même lorsqu’il s’agit de programmes qui s’adressent spécifiquement à eux. Plusieurs troubles du développement ont été scientifiquement observés tels que passivité, retards de langage, agitation, troubles du sommeil, troubles de la concentration et dépendance aux écrans