'Les malheurs de Sophie' prennent vie

Depuis son château, la petite Sophie ne peut résister à la tentation de l'interdit. Ce qu'elle aime par-dessus tout, c'est faire des bêtises avec son cousin Paul. Lorsque ses parents décident de rejoindre l'Amérique, Sophie est enchantée.Mais un an plus tard, elle est de retour en France avec son horrible belle-mère, Madame Fichini. Sophie va pouvoir compter sur l'aide de ses deux amies, les petites filles modèles, et de leur mère Madame de Fleurville.

Christophe Honoré s’attaque au film d’époque en adaptant ce roman écrit par la Comtesse de Ségur en 1858. Le réalisateur qui nous a habitués à des films plus sombres (Dans Paris, La Belle Personne) ou musicaux (Les Chansons d'amour et, plus récemment, Les Bien-aimés) s’adresse ici au jeune public en mettant en scène l’intrépide Sophie de Réan. Un terrain de jeu qu’il connaît bien puisqu’il signe également des livres pour enfants.
Il ne s'est pas privé de prendre quelques libertés par rapport à l'oeuvre de littérature, en confiant notamment le rôle de Madame de Réan, la maman de Sophie épuisée par ses innombrables bêtises, à l’actrice iranienne Golshifteh Farahani. Autre choix d’interprétation, les bestioles du récit sont intégrés en dessin animé. Une fantaisie qui a bien évidemment facilité le tournage mais qui contribue surtout à la poésie du film.

Indomptable, la petite Sophie est incarnée par Caroline Grant, une toute jeune actrice à la chevelure sombre et au regard malicieux. On plonge dans le quotidien haut en couleurs de cette petite fille de cinq ans qui déambule dans un sublime château, entourée de domestiques et avec pour meilleur partenaire son charmant cousin. Libre, Sophie ne met aucune limite à ses désirs. Elle agit en toute spontanéité et transgresse les règles à longueur de journée. Elle évolue dans un univers presque exclusivement féminin, avec un père toujours absent qui lui offre une poupée pour l’occuper... À qui elle fait endurer les pires souffrances. Pour se venger ?
Tourné à l’épaule, à la hauteur des bambins, le film donne l’impression au spectateur de participer à ces nombreux moments de douce folie.

Après un voyage en Amérique qui tourne au drame, Sophie revient en France accompagnée de la plus tyrannique des belles-mères, incarnée par une Muriel Robin tyrannique, dont l'allure rappelle celle de la cantatrice Armande Altaï. Déterminée à faire régner l’ordre au château, cette nouvelle tutrice abuse de son autorité sur la jeune polissonne en lui infligeant de terribles châtiments. Touchée par le sort de Sophie, Madame de Fleurville, interprétée par Anaïs Demoustier, l'aide à s’en défaire en la prenant sous son toit.

Cela donne un joli chaos sur lequel souffle un parfum de modernité, grâce au talent d’un réalisateur qui a conservé son âme d’enfant !

Les malheurs de Sophie est disponible gratuitement dans le Movies & Series Pass.
Pour le trouver, tapez ‘Menu > A la demande > Films > Movies & Series Pass > Films’ sur votre télécommande.

Pauline

Éditrice lifestyle sur Skynet, j’élargis mon champ de rédaction avec Skynet Films & TV. La télé, je la regarde dans mon salon, projetée sur grand écran. Mieux qu’au cinéma, je peux rire, pleurer et critiquer à haute voix, sans jamais déranger. Ultra-sélective, manque de temps oblige, je consacre ces petits moments privilégiés aux (bons) films, aux documentaires et aux séries. Mes coups de cœur vont à la nostalgie comme à la nouveauté. Entre Alain Delon (époque La Piscine) et Ryan Gosling (dans Drive), mon cœur balance…. Vous avez quelques minutes ? Laissez-moi vous raconter les gloires et déboires de mon cinéma à domicile.Blog perso : http://www.weareintheair.com

Cet article me rend ...

  • 0
  • 3
  • 1
  • 0
  • 0

A lire également

Attention : regarder la télévision peut freiner le développement des enfants de moins de 3 ans, même lorsqu’il s’agit de programmes qui s’adressent spécifiquement à eux. Plusieurs troubles du développement ont été scientifiquement observés tels que passivité, retards de langage, agitation, troubles du sommeil, troubles de la concentration et dépendance aux écrans