Misha Enzovoort

Film à ne pas rater

Vous aimeriez voir ou revoir Misha Enzovoort? Recevez une notification lorsque ce programme sera (re)diffusé à la télé

icon - /10
-/10
- -

Votre score :

-/10

Durée : 67 mins.

Misha Mengelberg, l'oubli a commencé son œuvre. Il attend un taxi qu'il n'a pas commandé pour aller à un concert qu'il n'aura pas lieu. Dans ce film, le documentariste Cherry Duyns suit le pianiste Misha Mengelberg lors de sa dernière tournée internationale avec son ensemble ICP (Instant Composers Pool). Depuis quelques années, le chef d'orchestre, compositeur et pianiste est en proie à la démence. Duyns suit cette icône du jazz européen lors d'une semaine de concerts données au club de jazz londonien Vortex : en raison de sa santé déclinante, il s'agit sans doute de ses derniers... concerts à l'étranger. Les membres du groupe se préparent à dire adieu à Mengelberg, avec qui ils ont joué pendant des décennies. Faire de la musique, c'est comme respirer pour Mengelberg, mais maintenant qu'il est à couteaux tirés avec son cerveau, la question se pose de savoir jusqu'à quand il pourra continuer à jouer avec son ensemble ICP. Duyns se renseigne discrètement sur cette question auprès des membres du groupe : Misha, ne doit-il pas être protégé contre lui-même ? L'un d'entre eux répond résolument : non. Le fait que Mengelberg est toujours sur scène avec son ensemble, malgré sa maladie, correspond à son esthétique : tous peuvent participer. Il aime le chaos et la folie. Dans des éclairs de lucidité, Mengelberg dit vertement ce qu'il pense de ses confrères compositeurs comme John Cage (« de la musique assez hostile » et Chopin (« terriblement ennuyeux »). Dans un moment ludique, il joue du piano avec sa canne. Pourtant, une question importante se pose : l'ensemble pourra-t-il continuer à exister sans son pivot ?

Acteurs & Équipe

  • Langue : Néerlandais
  • Pays : Pays-Bas

Récompenses

Aucune information disponible

play!
loading
Attention : regarder la télévision peut freiner le développement des enfants de moins de 3 ans, même lorsqu’il s’agit de programmes qui s’adressent spécifiquement à eux. Plusieurs troubles du développement ont été scientifiquement observés tels que passivité, retards de langage, agitation, troubles du sommeil, troubles de la concentration et dépendance aux écrans