"Gypsy", jusqu’où glissent les fantasmes d’une psy

Plongée au cœur des fantasmes d’une psy, "Gypsy" est une série originale Netflix incarnée par la troublante Naomi Watts. Les deux premiers épisodes sont réalisés par Sam Taylor-Johnson. "Gypsy" sera diffusée sur Netflix dès le 30 juin 2017.

Sonder l’intime
"Gypsy" cerne les tourments d’une séduisante femme de quarante ans, Jean Halloway (l’inquiétante Naomi Watts). Psychothérapeute, mariée, mère d’une fillette, Jean pourrait se contenter d’une vie équilibrée entre le travail et la famille. Mais quelque chose l’empêche de tenir la juste distance avec ses patients, comme si une petite voix lui disait qu’elle peut intervenir dans leur vie. Elle sait que l'inconscient est plus fort que la volonté : « Nos désirs peuvent être profonds, noirs, honteux. Nous pouvons être quelqu'un d'autre. » De là à se laisser submerger par les pulsions, il n’y a qu’un petit pas, même pour une psy. Ainsi, Jean développe des relations intimes et illicites avec les proches de ses patients.

Glissements progressifs
Tout commence par un prénom, choisi dans un café. Diane, que note la serveuse sur un gobelet à emporter. Pour Jean alias Diane, c’est le début d’une fausse identité, d’un double fantasmé. Intriguée par cette serveuse, Sidney (Sophie Cookson), Jean retourne au café pour la voir. Car Sidney est l’ancienne maîtresse d’un jeune homme que Jean soigne.

Les hésitations de l'héroïne, les gestes lents du premier épisode signalent le début d’une dangereuse métamorphose. Il suffira de quelques atours pour conquérir l’objet du fantasme, un parfum nommé Chance, un oiseau en sautoir. De nouveaux plaisirs en prises de risques, un whiskey, des dessous chics, un train seule la nuit, Jean s’éloigne du foyer sous le regard inquiet de son mari et de sa fille. Bientôt, la limite entre sa vie professionnelle et ses fantasmes s’effrite.

Sexe et mensonges
Dans "Gypsy", tout est affaire de désir et de regard, mais aussi de manipulation et de sémantique (ce dont on parle, ce que l'on veut énoncer). Comme le souligne Jean à Sidney : « Tu es comme un Rorschach humain, tu aimes que les gens te regardent et voient quels sont tes fantasmes ». On n’en dira pas plus sur les mécanismes de ce thriller sexuel rondement mené. A certains moments, la réalisatrice prend le temps d’installer les personnages, ce qui parait indispensable pour réussir ce genre de série psy dans laquelle on s’enfonce, hypnotisé par la beauté froide de Naomi Watts.

V. Nimal


"Gypsy", scénario de Lisa Rubin et réalisation de Sam Taylor-Johnson. Produite par Naomi Watts. Avec Naomi Watts, Billy Crudup (Spotlight), Sophie Cookson (Kingsman), Lucy Boynton (Murder on the Orient Express), Karl Glusman (Nocturnal Animals)…

Regardez "Gipsy", dix épisodes exclusivement sur Netflix dès le 30 juin 2017. Choisissez Netflix comme bonus TV dans votre Tuttimus ou Familus pack et regardez "Gipsy" directement sur votre TV (menu à la demande > series ou via la chaîne 204)




Valérie

Une image ? Plume voltigeuse. Le soir, je cuisine ou j’écris. Des histoires d’assiettes, de rencontres, nouvelles ou romans, selon l’inspiration. Le jour, je rédige chroniques et dossiers thématiques sur Skynet.be, sujets gastronomiques dans des magazines féminins. Un plat ? Le risotto aux artichauts. Un plaisir ? Décortiquer les sensations, les couleurs et les saveurs. Un programme ? Capturer l’air du temps, porter un regard critique sur la société du spectacle dominée par l’image. Donner le goût du voyage et de l’inconnu à mes enfants. Rencontrer de belles personnes et peaufiner l’art de l’interview.Blog perso : http://www.madamemonsieur.be

Cet article me rend ...
  • 3
  • 9
  • 1
  • 0
  • 0

A lire également

Attention : regarder la télévision peut freiner le développement des enfants de moins de 3 ans, même lorsqu’il s’agit de programmes qui s’adressent spécifiquement à eux. Plusieurs troubles du développement ont été scientifiquement observés tels que passivité, retards de langage, agitation, troubles du sommeil, troubles de la concentration et dépendance aux écrans