Dieudonné : Grenoble ne veut pas de lui

Le maire de Grenoble a annoncé que Dieudonné était persona non grata à Grenoble. Mais l’humoriste en a-t-il vraiment quelque chose à faire ?

Dieudonné arrivera-t-il à se produire à Grenoble ? Si les fans de quenelles l’attendent de pied ferme, ce n’est pas le cas du maire écologiste Eric Piolle, visiblement lassé des pitreries antisémites de l’humoriste controversé, toujours le pied sur la pédale. Annoncé le 28 octobre prochain sur la scène du Summum, où il devrait présenter son nouveau spectacle, La Guerre, Dieudonné trouvera peut-être porte close. En effet, le maire a saisi un arrêté municipal le 10 septembre, interdisant la venue de l’élément perturbateur, qu’il considère être « un risque de troubles à l’ordre public ».

D’après l’élu, qui aurait interpellé plusieurs acteurs culturels de la ville pour asseoir son propos, Dieudonné et Grenoble seraient tout simplement incompatibles. « Tous se sont exprimés sur l’incompatibilité entre les valeurs promues par l’artiste et les valeurs fondamentales de Grenoble, ville ouverte sur le monde et Compagnon de la Libération », a déclaré Eric Piolle dans un communiqué.

Evidemment, le Dieudosphère n’a pas hésité à tomber à bras raccourci sur le maire concerné par le bien-être de ses concitoyens, mais d’après les fans de l’humoriste, il se fourvoie. « Depuis des années, le seul trouble qui a été constaté était celui des forces déployées par les maires pour tenter d’interdire les spectacles », a lancé l’un d’eux. On se souvient effectivement encore du grand bruit qu’avait provoqué non pas un maire, mais un ministre nommé Manuel Valls, éternellement hostile à Dieudonné, après les attentats de Charlie Hebdo, à propos des prestations du polémiste.

Cover Media

Cet article me rend ...
  • 0
  • 8
  • 0
  • 0
  • 1

A lire également

Attention : regarder la télévision peut freiner le développement des enfants de moins de 3 ans, même lorsqu’il s’agit de programmes qui s’adressent spécifiquement à eux. Plusieurs troubles du développement ont été scientifiquement observés tels que passivité, retards de langage, agitation, troubles du sommeil, troubles de la concentration et dépendance aux écrans