Rebel Wilson remporte son procès en diffamation et empoche 3,66 millions de dollars

Rebel Wilson va empocher 3,66 millions de dollars de dommages à l'issue de son procès contre Bauer Media Group. Elle a promis de tout reverser à des associations caritatives.

Rebel Wilson, ne va pas repartir de la cour de justice de Victoria à Melbourne, Australie, les mains vides. En effet, la star de Pitch Perfect vient de remporter sont procès contre Bauer Media Group qui avait diffusé dans 8 articles parus en 2015, une rumeur stipulant qu'elle avait menti à propos de son âge, son nom et son éducation. Les articles étaient parus dans Woman's Day, Women's Weekly, OK Magazine et New Weekly ce qui a valu au groupe, un procès en diffamation.

Pendant trois semaines, l'actrice et son avocat ont plaidé que cette histoire avait créé des dommages sur sa carrière en lui coûtant des rôles. A présent, l'actrice va repartir avec 3,66 millions de dollars de dommages, une somme qui dépasse de quatre fois le record qui était détenu par un cas de diffamation en Australie. L'actrice de 37 ans avait demandé 5,6 millions de dollars au départ et si elle recevra moins que prévu, le groupe Bauer sera toutefois condamné à payer, en plus, ses frais de justice. Son avocat rappelle toutefois que ce procès n'était pas du tout centré sur l'argent. « Rebel a indiqué que ce procès n'était pas pour l'argent mais pour mettre le groupe Bauer face à ses responsabilités », a indiqué Richard Leder. Dans la même logique, l'actrice a indiqué que l'argent récolté serait distribué à des œuvres de charité. « Si mon procès en diffamation est remporté, je verserais chaque dollars gagné à des œuvres de charité, des aides à la scolarité ou bien il sera investi dans l'industrie du cinéma australien pour créer des emplois », avait-elle écrit sur Twitter.

Cover Media

Cet article me rend ...
  • 1
  • 5
  • 2
  • 0
  • 1

A lire également

Attention : regarder la télévision peut freiner le développement des enfants de moins de 3 ans, même lorsqu’il s’agit de programmes qui s’adressent spécifiquement à eux. Plusieurs troubles du développement ont été scientifiquement observés tels que passivité, retards de langage, agitation, troubles du sommeil, troubles de la concentration et dépendance aux écrans