Harvey Weinstein : encore un mois de rehab

Le porte-parole d’Harvey Weinstein a confié à People.com que son client continue son traitement. Celui-ci durera encore au moins un mois.

Harvey Weinstein est entré dans un centre spécialisé en Arizona pour soigner ses problèmes psychologiques suite au scandale sexuel le concernant qui a éclaté au début de ce mois-ci. Le producteur déchu est accusé par de nombreuses femmes de harcèlement, abus sexuel et même viol, des faits qu’il nie, assurant que tous les rapports qu’il a eus étaient consentis.

Ce samedi (21 octobre 17), Harvey Weinstein a terminé le programme prévu par la clinique qui l’a pris en charge, mais son porte-parole a expliqué qu’il avait choisi d’y rester un mois supplémentaire. « M. Weinstein reçoit des soins hospitaliers mais aussi en consultation externe et continuera le mois prochain », a fait savoir son représentant à People.com.

A ce jour, plus de 40 femmes ont témoigné des abus dont elles se disent avoir été victimes de la part d’Harvey Weinstein, des faits qui courent sur ces trois dernières décennies. S’il affirme de son côté que tous les rapports étaient consentis, il s’est néanmoins excusé pour son comportement inapproprié passé. Parmi celles qui l’accusent, on retrouve des actrices connues, dont Ashley Judd, Rose McGowan, Gwyneth Paltrow, Angelina Jolie, Cara Delevingne ou plus récemment Lupita Nyong’o.

Harvey Weinstein a été licencié de l’entreprise qu’il a cofondée avec son frère Bob, la Weinstein Company, le 8 octobre dernier et il a démissionné du bureau directoire le 17 octobre (17). Les polices de Los Angeles, New York et Londres ont ouvert des enquêtes suite aux allégations portées à l’encontre d’Harvey Weinstein.

Cover Media

Cet article me rend ...
  • 0
  • 0
  • 0
  • 0
  • 2

A lire également

Attention : regarder la télévision peut freiner le développement des enfants de moins de 3 ans, même lorsqu’il s’agit de programmes qui s’adressent spécifiquement à eux. Plusieurs troubles du développement ont été scientifiquement observés tels que passivité, retards de langage, agitation, troubles du sommeil, troubles de la concentration et dépendance aux écrans