Diane Keaton prend parti pour Woody Allen


Diane Keaton s'est rangée du côté de Woody Allen dans la bataille qui l'oppose à sa fille adoptive. Elle a affirmé sur Twitter que son ex-amant dit la vérité.


Diane Keaton a défendu Woody Allen sur Twitter alors que de plus en plus d'acteurs choisissent de montrer leur soutien à Dylan Farrow, qui affirme que le cinéaste a abusé d'elle quand elle avait 7 ans, et s'engagent à ne plus jamais travailler avec lui. L'actrice de 72 ans rejoint ainsi Alec Baldwin pour soutenir le réalisateur.

L'actrice de Annie Hall a défendu son ex-amant sur Twitter , écrivant : « Woody Allen est mon ami et je continue à le croire ». Elle a également posté un lien vers une interview du réalisateur datant de 1992, ajoutant : « Il pourrait être intéressant de regarder cette interview de 60 minutes de 1992 et de voir ce que vous en pensez ».

Dans l'interview avec le journaliste Steve Croft, le réalisateur décompose pourquoi il est ridicule de penser qu'il a agressé sa fille, expliquant : « Une industrie gigantesque a été construite sur un non-événement total ».

Ces dernières semaines, Mira Sorvino, Greta Gerwig et Rebecca Hall ont exprimé leur soutien à Dylan Farrow, promettant de ne plus jamais travailler avec Woody Allen. Rebecca Hall est allée jusqu'à donner le cachet de son dernier film, A Rainy Day in New York, au mouvement anti-harcèlement Time's Up.

Alec Baldwin a lui aussi pris parti pour le réalisateur, déclarant : « Woody Allen a fait l'objet d'une enquête médico-légale par deux Etats (New York et Connecticut) et aucune accusation n'a été déposée. Le renier lui et son travail, sans aucun doute, a un but. Mais, pour moi, c'est injuste et triste. J'ai travaillé avec WA (Woody Allen) 3 fois et c'était l'un des privilèges de ma carrière ». Il a ajouté : « Est-il possible de soutenir les victimes de pédophilie, d'agression et d'abus sexuel tout en croyant que WA est innocent ? Je pense que l'intention n'est pas de rejeter ou d'ignorer de telles plaintes. Mais accuser des personnes de tels crimes devrait être traité avec soin. Pour les victimes aussi ». Il a continué sur sa lancée dans une diatribe sur Twitter dimanche, à la suite de la publication dans le New York Times d'un article demandant si le réalisateur pouvait encore travailler à Hollywood. « L'une des choses les plus efficaces que Dylan Farrow a dans son arsenal est la "persistance de l'émotion", comme Mayella dans Ne tirez pas sur l'oiseau moqueur (roman de Harper Lee), ses larmes et exhortations sont censées vous pousser à la croire en utilisant votre honte, a-t-il écrit. Mais j'ai besoin de plus que ça avant de détruire quelqu'un, quelle que soit leur renommée. »

Dans le roman de Harper Lee en 1960, Mayella Ewell accuse Tom Robinson de l'avoir violée, mais lors du procès, il est révélé qu'elle a en fait menti.

Cover Media