Joel Kinnaman : le scandale Kevin Spacey ne le surprend pas


Joel Kinnaman, acteur de House of cards aux côtés de Kevin Spacey, s'est exprimé sur le scandale entourant l'acteur. Invité du talk-show suédois Skavlan, il a expliqué que les accusations visant la star ne l'ont pas surpris.


Joel Kinnaman était loin d'être choqué lorsque Kevin Spacey a été écarté de la série House of Cards suite aux accusations de harcèlement et d'agression sexuelle portées à son encontre. Certains de ses amis avaient en effet partagé des histoires alarmantes sur son collègue de tournage.

L'acteur oscarisé a quitté la série à succès l'année dernière, quelques jours après avoir été accusé d'avoir agressé sexuellement l'acteur Anthony Rapp lorsque celui-ci avait 14 ans. D'autres hommes se sont ensuite manifestés, racontant avoir été harcelés sexuellement par Kevin Spacey, incitant les producteurs de House of Cards à se séparer de l'acteur principal de la série. Ils ont également décidé que la prochaine saison du drame politique en serait la dernière.

Joel Kinnaman, dont le personnage était rival de Frank Underwood, incarné par Kevin Spacey, a maintenant rompu son silence sur le scandale, déclarant à l'animateur scandinave Fredrik Skavlan : « Ce n'était pas un gros choc ». L'acteur suédois a ajouté : « J'ai cinq ou six amis qui ont raconté des histoires sur Kevin quand ils étaient jeunes et venaient d'arriver à Hollywood (…) Il (Kevin Spacey) m'a réservé un accueil très chaleureux à Baltimore, mais plus tard, quand on a appris qu'il s'était comporté comme ça avec des jeunes de 14 ans, c'était plutôt : " Merci et au revoir" ».

L'acteur de 38 ans a également révélé que Kevin Spacey n'était pas le seul prédateur sexuel supposé contre lequel il s'était heurté, il a également empêché une ex-petite amie, dont il n'a pas cité le nom, de se rendre à une réunion privée avec Harvey Weinstein. « Mon ex allait à une réunion avec lui et nous l'avions rencontré la veille, a déclaré Joel Kinnaman. Il était très amical avec moi et tous les deux avaient organisé une réunion, elle m'a envoyé un message un peu plus tard et a dit : "Il a déplacé notre réunion dans une chambre d'hôtel". Et j'ai dit : "OK, rentre chez toi. Rentre chez toi tout de suite". »

Cover Media