Des fans de la chanteuse Lorde exigent réparation après l'annulation d'un concert en Israël © BELGA

Trois fans de la chanteuse Lorde ont déposé plainte mercredi en Israël contre deux militantes qu'ils accusent d'avoir pressée l'artiste néo-zélandaise à annuler un concert au nom d'un boycott de l'Etat hébreu.

Ils exigent 45.000 shekels (environ 10.000 euros) d'indemnités à deux militantes favorables au boycott d'Israël et résidant en Nouvelle-Zélande, qui ont écrit à Lorde pour lui demander de renoncer à chanter en Israël.

La jeune chanteuse avait annoncé en décembre l'annulation de ce concert, qui était prévu en juin à Tel-Aviv. La plainte a été déposée en justice par Shurat Hadin, une ONG qui s'est donnée "comme mission de défendre l'Etat d'Israël par des moyens juridiques".

Elle se fonde sur une loi israélienne votée en 2011 qui permet d'attaquer en justice toute personne appelant au boycott de ce pays.

Selon un communiqué de Shurat Hadin, la plainte est destinée à "lutter contre les militants du BDS ("Boycott, désinvestissements, sanctions") afin qu'ils comprennent qu'il y a un prix à payer aux appels à la haine contre Israël".

La campagne mondiale non gouvernementale BDS est destinée à exercer des pressions sur Israël pour mettre notamment fin à l'occupation des Territoires palestiniens, jugée illégale par communauté internationale.

Le gouvernement israélien combat farouchement tout ce qui ressemble à une entreprise de boycott, qu'il assimile à une menace stratégique et dénonce comme une remise en cause de la légitimité de l'Etat d'Israël.

Tout artiste de renom prévoyant de se produire en Israël est confronté à des appels au boycott, avec des résultats variables. En juillet, le célèbre groupe britannique Radiohead avait ainsi maintenu son concert à Tel-Aviv.

C'est la première fois qu'une plainte est déposée au nom de la loi israélienne antiboycott à la suite de l'annulation d'un concert, selon Shurat Hadin.