La 7e cérémonie des Machins du cinéma, les petits prix du cinéma belge, a eu lieu vendredi soir à la Bodega à Molenbeek-Saint-Jean, devant quelque 1.500 personnes.

Maîtresse de cérémonie, Miss Machins (Ingrid Heiderscheidt) a décerné avec humour des prix insolites au petit monde du cinéma belge.
Le Machin de l'armurier a été remis à Olivier de Laveleye pour "Laissez bronzer les cadavres". Le Machin du jeton de présence est revenu à Stéphane Bissot pour "Nos Patriotes", "Grand Froid", "Un profil pour deux" et "Maman a tort". Elle a partagé ce prix avec Catherine Salée pour ses rôles dans "Marvin", "May Day", "Even Lovers Get the Blues" et "Kapitalistis". Le Machin Théo Francken du travailleur immigré est allé à Bwanga Pilipili dans "Faut pas lui dire". Le Machin de la speakerine à temps partiel a été remis à François Troukens pour "Un crime parfait". Nicolas Lebecque et Bertrand Monette pour "Insyriated" se sont partagés le Machin de l'électro. Le Love Machin Hugues Dayez de la femme à poil - en référence à une exclamation déplacée en salle de presse lors de la cérémonie 2017 des Magritte - est revenu à Benjamin Ramon et Sofia Manousha dans "Insoumise". Le Machin de la suite a été décerné par le public au producteur de "Parasol" afin de l'encourager à réaliser "Parapluie" endéans les 3 ans.