David Tennant : indemnisé suite à son piratage téléphonique


David Tennant a reçu des dommages et intérêts de la part des éditeurs du tabloïd News Of The World, aujourd'hui disparu, comme le rapporte son avocate. La star de Doctor Who avait été victime de piratage téléphonique.


David Tennant et ses avocats ont déposé une demande d'indemnisation auprès de la Haute Cour de Londres en mars dernier. Le cabinet avait alors déclaré que neuf de leurs clients, dont le pilote de course Eddie Irvine, n'avaient plus aucun recours après la fermeture d'un plan d'indemnisation, qui avait été ouvert par les dirigeants de News UK en 2011, l'année où News of the World a été fermé en raison d'un scandale de piratage téléphonique.

Il a été révélé lors d'une audience mardi que l'acteur de 46 ans avait accepté d'importants dommages-intérêts d'un montant non divulgué ainsi que des excuses de la part des dirigeants de News Group Newspapers pour piratage téléphonique.

Il fait partie des six personnes qui ont obtenu réparation pour utilisation abusive d'informations privées et abus de confiance. Parmi les autres figuraient l'athlète médaillé olympique Colin Jackson, l'actrice d'Underworld Sophia Myles, la créatrice Jess Morris, et Tanya Frayne, ex-épouse du footballeur David James. Aucun d'entre eux n'a comparu devant le tribunal.

Selon la Press Association, l'avocate Sara Mansoori a déclaré que David Tennant « est une personne très discrète et il est indigné et choqué par ces violations de sa vie privée par des personnes travaillant pour ou agissant au nom de News Of The World ».

Ben Silverstone, porte-parole de la News Group Newspapers, qui paiera également les frais juridiques des victimes, s'est excusé pour la détresse causée et a déclaré que l'organisation n'avait pas le droit d'empiéter sur leur vie privée de cette manière.

Le magnat des médias Rupert Murdoch a fermé le journal en 2011, après avoir découvert que certains membres du personnel avaient piraté les téléphones de célébrités, de personnalités politiques et de membres de la famille royale, entre autres. Plusieurs journalistes ont été condamnés dans le scandale et la société a depuis versé des millions de livres en dédommagements.

Cover Media