"InSyriated" de Philippe Van Leeuw a été sacré "Meilleur film" samedi soir lors de la huitième cérémonie des Magritte du Cinéma, les prix qui récompensent le meilleur du 7e art belge. Le long métrage a raflé 6 prix au total, sur ses 6 nominations.

Il a remporté les Magritte du "Meilleur film", du "Meilleur scénario original ou adaptation", de la "Meilleure réalisation", de la "Meilleure Image", de la "Meilleure musique originale" et du "Meilleur son".
"Ce qui était très important c'était que le film ne prenne pas partie pour un camp contre l'autre", estime Philippe Van Leeuw. "C'était important pour que le film soit accueilli par le public le plus large possible, mais c'était important aussi pour les Syriens qui sont dans le film. (...) En ce qui me concerne, Bachar doit partir tout de suite".
Le réalisateur s'est imposé de nombreuses contraintes pour réaliser ce huis clos tourné en langue arabe à l'étranger. Mais en traitant d'une guerre qui lui est lointaine, il est revenu avec un message sur les réfugiés dans nos pays européens : "Le film donne un élément de compréhension sur les raisons pour lesquelles ces gens sont arrivés jusqu'à chez nous, parce qu'ils ont été obligés de tout quitter, de partir et de tout laisser derrière et ils ont pris des risques insensés pour arriver jusqu'ici. Ca, c'est une réalité et on a un petit peu du mal à la comprendre quand on ne voit que les gens qui sont groupés devant le bureau de l'immigration ou ailleurs. Mais, ils sont là pour une raison essentielle. Ils n'ont pas ailleurs où aller".