Magritte du Cinéma 2018 - Magritte d'honneur : "J'ai peut-être encore d'autres choses à dire" © BELGA

Un Magritte d'honneur a été remis à la comédienne et réalisatrice Sandrine Bonnaire pour l'ensemble de sa carrière, samedi soir, lors de la huitième cérémonie des Magritte du cinéma.

Figure incontournable du cinéma d'auteur francophone, l'actrice a commencé à tourner dès l'âge de 15 ans. Ses débuts, elle les a fait dans le film "A nos amours" de Maurice Pialat. Ces premiers pas lui vaudront le César du Meilleur espoir féminin. Deux ans plus tard, elle est couronnée meilleure actrice aux César pour son rôle de Mona dans "Sans toit ni loi" d'Agnès Varda.
Outre ces deux prix, elle se distingue par cinq nominations pour le César de la meilleure actrice et un Prix d'interprétation à la prestigieuse Mostra de Venise pour "La Cérémonie" de Claude Chabrol en 1995. Issue d'une famille nombreuse et d'un milieu modeste, le naturel de son jeu séduit de nombreux réalisateurs d'envergure, parmi lesquels Patrice Leconte, Jacques Doillon, André Téchiné, Jacques Rivette, Claude Chabrol, Régis Wargnier, Raymond Depardon. Le critique cinéma Hugues Dayez a fait valoir sur scène les épreuves de la vie qu'elle a affronté avec force.
Si l'actrice s'est dite touchée par cette récompense pour sa carrière passée, c'est une femme tournée vers l'avenir et prête à relever de nouveaux défis qui s'est exprimée sur scène et devant la presse : "Ma première réalisation est le documentaire sur ma soeur. Je ne me suis pas dit "Je vais faire un beau film" ou "J'ai envie d'être réalisatrice". Je me suis dit 'Je vais faire un film pour tenter de faire avancer à mon petit niveau la cause de la prise en charge de l'autisme'. Ca m'a encouragé et ça m'a permis de me dire que, oui, peut-être que j'étais capable de réaliser un film et que peut-être j'ai encore d'autres choses à dire". Sandrine Bonnaire a également parlé de son premier long-métrage de fiction qu'elle réalisera prochainement sur la naissance sous X. Dans ce projet, elle a cherché à comprendre les mécanismes de construction des individus, en l'absence de racines.
Sandrine Bonnaire est la deuxième femme à recevoir un Magritte d'honneur après Nathalie Baye.