Mery Streep : furieuse qu'Harvey Weinstein utilise son nom pour restaurer sa réputation


Meryl Streep a fustigé Harvey Weinstein pour avoir utilisé son nom afin de faire classer son procès sans suite. Dans un communiqué, elle a exprimé son dégoût à l'idée d'être associée au camp du producteur.


Meryl Streep, qui a remporté l'Oscar de la meilleure actrice pour son interprétation de Margaret Thatcher dans La Dame de fer, produit par Harvey Weinstein, a été horrifiée d'apprendre qu'il utilisait son nom et une de ses déclarations passées pour tenter de faire rejeter un recours collectif à son encontre pour harcèlement sexuel.

Le magnat du cinéma aujourd'hui déchu et ses anciens partenaires commerciaux ont été frappés par un procès lancé par six femmes, qui les ont accusés d'avoir eu recours à des moyens criminels pour dissimuler les prétendues agressions sexuelles du producteur, et les membres du conseil d'administration de ses anciennes sociétés, Miramax et The Weinstein Company, l'auraient aidé dans ce but. Les patrons de la société de production cherchent maintenant à faire rejeter ce procès et pour ce faire, Harvey Weinstein fait référence à ses relations de travail avec des actrices comme Meryl Streep et Gwyneth Paltrow pour prouver son innocence.

Les déclarations publiques passées de Meryl Streep, dans lesquelles elle a révélé qu'Harvey Weinstein avait « toujours été respectueux » envers elle, figurent dans sa dernière action en justice, et cela n'a pas plu à la star de Pentagon Papers.

« L'utilisation par les avocats d'Harvey Weinstein de ma (vraie) déclaration stipulant qu'il n'était pas sexuellement transgressif ou abusif dans nos relations professionnelles comme preuve qu'il n'était pas abusif avec de nombreuses AUTRES femmes est pathétique et relève de l'exploitation, a-t-elle déclaré mercredi dans un communiqué. Les actions criminelles qu'il est accusé d'avoir menées sur les corps de ces femmes sont de sa responsabilité, et s'il reste une justice dans ce système, il paiera pour ça, peu importe le nombre de bons films, faits par beaucoup de bonnes personnes, qu'Harvey a eu la chance d'acquérir ou de financer. »

Cover Media