James Franco accusé de n'avoir pas crédité le scénariste de son film nommé aux Oscars


James Franco se serait servi du travail d'un de ses étudiants en cinéma pour écrire son film The Disaster Artist. D'après une plainte, révélée par Deadline, l'acteur et réalisateur aurait promis de créditer le jeune homme pour son travail, mais ne l'aurait jamais fait.


James Franco n'avait pas besoin de ce genre de problème : déjà accusé de mauvais comportements sexuels par plusieurs femmes, l'acteur est maintenant l'objet d'une plainte pour ne pas avoir crédité un co-scénariste de son film The Disaster Artist, nominé aux Oscars.

Un certain Ryan Moody affirme qu'il a travaillé avec James Franco en tant qu'assistant, de manière non-officielle, pendant une session de cours à l'Université de UCLA. L'acteur lui aurait demandé d'écrire une adaptation du livre The Disaster Artist : My Life Inside The Room, d'après Deadline.

Ryan Moody affirme qu'il a été payé 5000 dollars pour son travail sur le scénario mais que personne ne l'aurait crédité en tant que co-scénariste ni en tant que producteur associé, comme cela lui avait été promis.

Dans une plainte déposée ce mercredi, il pointe également du doigt la société de production RabbitBandini, qui travaille avec James Franco, l'accusant de n'avoir jamais eu l'intention de le créditer et d'avoir acheté les droits de son scénario pour un montant largement inférieur aux prix du marché. Le scénario en question, écrit « officiellement » par Scott Neustadter et Michael H. Weber, est en lice pour les Oscars ce week-end, dans la catégorie Meilleure Adaptation.

Il semblerait que Ryan Moody ait rencontré James Franco en 2012, après avoir suivi un de ses cours à l'université californienne de UCLA. Ils seraient devenus amis et le jeune homme aurait dirigé l'acteur dans deux courts-métrages. James Franco aurait été tellement impressionné qu'il aurait demandé à son élève de venir l'aider à donner un cours d'anglais fin 2013. Dans sa plainte, l'apprenti scénariste affirme également qu'il a rendu visite à James Franco en novembre 2013 à Vancouver, sur le tournage de The Interview, pour l'aider à proposer le film à plusieurs producteurs. Il insiste sur le fait qu'il a ensuite travaillé quatre mois à plein temps sur le projet avant que l'acteur ne lui explique en mars 2014 qu'il allait devoir le remplacer car les producteurs voulaient des scénaristes plus confirmés. Le dossier de plainte contient également des emails entre les deux hommes dans lesquels James Franco semble soutenir l'histoire de son co-scénariste

Cover Media