Scandale Harvey Weinstein: l'accord de rachat du studio Weinstein annulé © BELGA

Un consortium américain d'investisseurs emmené par l'ex-responsable des PME de l'administration Obama avait été annoncé comme repreneur de la Weinstein Company, TWC, mais ce rachat n'aura finalement pas lieu. Dans un communiqué mardi, Maria Contreras-Sweet, à la tête de ce groupe d'investisseurs, n'a pas précisé les raisons de ce revers. Mais selon une source proche du dossier, les acquéreurs potentiels auraient découvert 64 millions de dollars de passif supplémentaire, qui n'avaient pas été évoqués jusqu'ici.

C'est un nouveau rebondissement dans la saga que vit le studio, depuis l'éclatement début octobre de l'affaire Harvey Weinstein, accusé de harcèlement, d'agressions sexuelles et de viols.

Le passif supplémentaire découvert serait composé de factures, du produit d'un arbitrage commercial et de versements dus au titre d'accords de participation, selon la même source. Ce revers ouvre la voie à un dépôt de bilan du studio, dont l'activité est quasiment à l'arrêt depuis cinq mois.

Dans son communiqué, Maria Contreras-Sweet a d'ailleurs évoqué une telle issue. "Nous envisagerons l'acquisition d'actifs qui pourraient être disponibles dans l'éventualité d'une procédure de redressement judiciaire", a-t-elle déclaré. "Je suis convaincue que notre vision de créer un studio de cinéma dirigé par des femmes reste la voie à suivre".