En Chine, ciné obligatoire pour un film à la gloire du président Xi © BELGA

Xi Jinping, le film. Déjà omniprésent dans les médias, l'homme fort de Pékin est désormais la star d'un documentaire patriotique, diffusé dans les salles de cinéma du pays que des millions de Chinois sont fortement encouragés à remplir.

Le Parti communiste chinois (PCC) au pouvoir veut faire de ce film de propagande, appelé littéralement "Trop fort, mon pays" ("Amazing China" selon la traduction en anglais), un énorme succès en salle.

Quitte à gonfler artificiellement le box-office: des entreprises et des administrations publiques offrent des tickets gratuits et organisent des séances groupées pour leurs employés -- qui peuvent difficilement refuser l'offre de leur hiérarchie.

Et ça marche: le film, sur les écrans depuis le 2 mars, a déjà accumulé 269 millions de yuans (34 millions d'euros) de recettes. Un record pour un documentaire en Chine, selon des médias d'Etat.

Il vante, avec force belles images et musique grandiloquente, les grandes réussites chinoises en matière scientifique, industrielle, ou sociale. "Trop fort, mon pays" décrit ainsi la modernisation de l'armée, la construction d'infrastructures, le programme spatial chinois ou encore la lutte contre la pauvreté.

Mais il fait l'impasse sur certains problèmes: les tensions récurrentes au Tibet (ouest) et dans la région majoritairement musulmane du Xinjiang (nord-ouest), la pollution de l'air ou encore la corruption.

Sur internet, de nombreux Chinois se plaignent d'être obligés de voir le film et d'avoir ensuite à rédiger un compte-rendu dithyrambique.
"On a l'impression d'être des écoliers qu'on amène voir un film et à qui on donne des devoirs", peste un utilisateur du réseau social Weibo.
Les cinémas doivent déjà diffuser depuis 2017 avant chaque film des clips où des acteurs célèbres égrènent des slogans reprenant la doctrine du Parti.
Des films d'action patriotiques, à la qualité croissante, s'imposent par ailleurs de plus en plus au box-office face aux production d'Hollywood.