Le FIFDH a dévoilé son palmarès à l'issue d'une 16e édition "historique" © BELGA

Le public s'est déplacé en masse à la 16e édition du Festival du film international pour les droits humains (FIFDH) de Genève, se réjouissent les organisateurs samedi. Le Grand Prix, doté de 10.000 francs suisses (environ 8.500 euros), a été attribué à un docu-fiction sur la politique d'asile en Europe.

"Stranger in Paradise" de Guido Hendrikx met en scène un enseignant à Lampedusa qui donne des leçons surprenantes sur la politique d'asile en Europe aux réfugiés fraîchement arrivés sur l'île. Le film est récompensé "pour sa forme innovante et son engagement aiguisé et intelligent, avec une problématique morale aussi importante qu'actuelle", dit le jury, cité dans le communiqué du festival.

"The Cleaners" de Hans Block et Moritz Riesenwieck décroche le prix Gilda Vieira de Mello, doté de 5.000 francs (environ 4.200 euros). Le long-métrage se penche sur les problématiques liées au web.

Le Grand Prix fiction et droits humains revient au film "Les Versets de l'Oubli / Los versos del olvido" d'Alizera Khatami. Il met en scène la difficulté de vivre sous une dictature, un sujet "grave" traité avec "un esthétisme impressionnant".

"Lybie - Anatomie d'un crime" de Cécile Allegra remporte le Grand prix de l'Organisation mondiale contre la torture. Il traite de la torture, notamment sexuelle, à laquelle hommes et femmes sont exposés en Lybie.

Dans la catégorie documentaire, le Prix du jury des jeunes a été attribué à "The Distant Barking of Dogs" de Simon Lereng-Wilmont. Le long-métrage évoque le conflit ukrainien. Dans la catégorie fiction, ce même prix revient à "Matar a Jesús / Killing Jesus" de Laura Mora.

Cette 16e édition, qui s'est terminée dimanche, coïncidait avec le 70e anniversaire de la Déclaration Universelle des droits de l'homme. Durant dix jours, le public a pu découvrir 62 films, participer à 19 débats internationaux, assister à 63 soirées spéciales et 19 expositions.

Côté programmation, le FIFDH misait sur les "tendances lourdes" comme les nouveaux "arrangements" de la société, le changement climatique ou les technologies. Les femmes ont aussi occupé une place importante dans le sillage de l'affaire Weinstein. Ce scandale et les violences à l'encontre des femmes ont fait l'objet d'une soirée spéciale.

Le festival s'est clôturé avec la présence de l'artiste chinois Ai Weiwei, ainsi qu'une projection de son film "Human Flow".