L'ouverture du nouveau procès de l'acteur américain Bill Cosby, prévu initialement le 2 avril, va être repoussée de quelques jours le temps d'examiner des recours déposés par la défense.

Le juge Steven O'Neill a décalé du 29 mars au 2 avril le début du processus de sélection des jurés et fixé aux 29 et 30 mars des audiences pour examiner les nouveaux recours. Il n'a pas donné de date pour l'ouverture du procès.

L'un des deux recours porte sur le témoignage de la mère d'une ancienne victime présumée de Bill Cosby, Kelly Johnson, que la défense souhaiterait exclure des débats. Le second concerne le témoignage d'une ancienne collègue d'Andrea Constand, qui accuse Bill Cosby de l'avoir agressée sexuellement début 2004, seuls faits pour lesquels sera jugé l'acteur devant le tribunal du comté de Montgomery (Pennsylvanie).

La défense souhaiterait que ces déclarations, qui sont défavorables à Andrea Constand, soient versées au dossier. En revanche, le juge O'Neill a écarté lundi tous les recours liés à sa décision, rendue jeudi, d'autoriser le ministère public à citer cinq anciennes victimes présumées de Bill Cosby lors de ce nouveau procès, qui intervient après l'annulation du premier, fin juin.

Les accusations de ces cinq femmes ne font pas l'objet de poursuites pénales contre cette légende de la télévision américaine qu'est Bill Cosby. La défense de l'acteur, devenu mondialement célèbre grâce à la série télévisée "The Cosby Show" (1984-1992), avait fait appel de cette décision et demandé un renvoi du procès à 90 jours.

Après l'annulation du premier procès, Bill Cosby, 80 ans, a changé d'avocat, passant d'un conseil local de Pennsylvanie, Brian McMonagle, au défenseur des stars Tom Mesereau. Cet avocat basé à Los Angeles s'est rendu célèbre en défendant, avec succès, le chanteur Michael Jackson, acquitté en juin 2005 d'accusations d'attouchement sur mineur.

Bill Cosby a été accusé d'agression sexuelle par des dizaines de femmes, des faits présumés s'étalant sur plusieurs décennies et dont la quasi-totalité sont aujourd'hui prescrits. Quelle que soit l'issue du nouveau procès, sa réputation a été définitivement ruinée par ces accusations. Il risque jusqu'à 30 ans de prison.