Reprise du procès aux Etats-Unis opposant Olivia de Havilland à la chaîne FX © BELGA

La chaîne FX s'est à nouveau retrouvée devant un tribunal mardi, accusée par l'icône de l'âge d'or hollywoodien Olivia de Havilland, 101 ans, d'avoir déformé la vérité et sali son image dans sa mini-série "Feud", où elle est campée par Catherine Zeta-Jones.

La chaîne demande le rejet de la plainte, mettant en avant son droit à la fiction et à la liberté d'expression grâce au sacro-saint premier amendement de la Constitution américaine.

L'actrice centenaire, lauréate de deux Oscars, affirme ne pas avoir donné son accord pour la mini-série et ne pas avoir reçu de rémunération pour l'utilisation de son nom et de son identité. Devant le tribunal de Los Angeles, son avocate Suzelle Smith a affirmé mardi que la série donnait une mauvaise image d'elle, puisque son double de fiction traite de "p..." sa propre soeur, Joan Fontaine.

Autoriser les producteurs à prendre de telles libertés avec les personnages aboutirait à ce que les célébrités soient incapables de "contrôler leur identité", a-t-elle fait valoir. "Nous avons besoin de fictions documentaires qui ne diffament pas et ne racontent pas de mensonge", a-t-elle ajouté.

De son côté l'avocate de FX, Kelly Klaus, a souligné que les fictions documentaires n'avaient pas pour vocation de "raconter l'histoire de manière littérale". "Cela, c'est le rôle des documentaires."

"Feud" raconte la célèbre rivalité entre les autres stars hollywoodiennes Bette Davis, incarnée par Susan Sarandon, et Joan Crawford, jouée par Jessica Lange.

La Britannique Catherine Zeta-Jones campe Olivia de Havilland - amie de Bette Davis. Olivia de Havilland est la seule star encore en vie parmi celles qui sont mises en scène dans la série.

En septembre, la juge Holly Kendig du tribunal supérieur de Los Angeles avait estimé que la plainte était valide.

Elle avait relevé que les producteurs de la série savaient que des scènes impliquant Olivia de Havilland étaient fausses, y compris une interview en 1978 dans laquelle Olivia de Havilland dénigre Bette Davis et Joan Crawford, et qui n'a jamais eu lieu.

Holly Kendig avait aussi souligné que la série dépeint Olivia de Havilland comme une personne encline aux commérages et s'exprimant en termes grossiers à propos d'autrui, y compris sa soeur.

"L'une des principales raisons du grand respect du public envers Olivia de Havilland est que dans sa carrière de plus de 80 ans, elle a toujours refusé de s'engager dans des potins hollywoodiens sur ses relations avec d'autres acteurs", lit-on dans la plainte.

La juge a aussi fait valoir que la chaîne avait profité financièrement de l'utilisation du nom de la comédienne.

Olivia de Havilland est devenue célèbre dans les années 30, donnant la réplique à Errol Flynn ("Les Aventures de Robin des Bois") avant de devenir elle-même une star, notamment avec "Autant en emporte le vent", recevant deux Oscars pour "A chacun son destin" (1946) et "L'héritière".