Bill Murray s'est incrusté à l'enterrement d'Elvis Presly


Bill Murray était tellement fan d'Elvis Presley qu'à l'annonce de sa mort, il a tout fait pour assister à son enterrement. Dans une interview pour l'émission Today, il explique comment il a réussi à être aux premières loges de l'événement, sans même y être invité.


Bill Murray ne regrette pas de s'être incrusté à l'enterrement d'Elvis Presley, car c'était une expérience « extraordinaire », selon lui. Le King est mort d'un arrêt cardiaque en août 1977 et lorsqu'il a entendu la nouvelle, l'acteur a tout de suite acheté un billet d'avion pour aller à Memphis, dans le Tennessee, rendre hommage au chanteur dans sa propriété de Graceland.

Sur place, il a rencontré un photographe qu'il connaissait et est resté avec lui pendant toute la cérémonie pour être aux premières loges.

« Je me suis retrouvé dans le bus, devant le cortège, et c'était incroyable, quelque chose d'extraordinaire. Des centaines de milliers de personnes, dans une chaleur étouffante, qui attendaient de pouvoir apercevoir le cercueil. On est allé jusqu'au cimetière, un peu avant tout le monde. Il y avait comme une émeute, de gens qui essayaient de rentrer et je me suis dit ''il faut que j'aille voir ça'', donc je me suis mis à courir à travers le cimetière et d'un seul coup, les motards de la police se sont avancés et m'ont dit ''si vous bougez, on vous tue'', je suis resté figé », a-t-il expliqué lors de l'émission matinale Today.

Bill Murray était invité dans l'émission alors que Priscilla Presley venait présenter le documentaire Elvis Presley: The Searcher. L'ex-femme d'Elvis a également partagé ses souvenirs de l'enterrement de la superstar : « J'étais encore sous le choc de sa mort, c'était trop difficile à imaginer, et le fait de voir les gens à travers les grilles, depuis la limousine, jusqu'au cimetière, les voir pleurer, s'évanouir, hystériques, c'était la preuve que sa mort avec eu un énorme impact ». Aujourd'hui, l'actrice et mannequin reste éberluée par la passion des fans, plus de 40 ans après la mort du rockeur : « Les gens viennent encore, toujours au même moment, à Graceland. Ils sont toujours là ! »

Cover Media