Le goupe québécois "Juste pour rire" vendu à un groupe américain © BELGA

Le groupe québécois "Juste pour Rire", en crise depuis les accusations d'agression sexuelle contre son fondateur et ex-dirigeant Gilbert Rozon, a annoncé mercredi sa reprise par l'agence de talents californienne ICM Partners et le comédien canadien Howie Mandel.

Le montant de la transaction n'a pas été précisé. "Nous nous sommes saisis d'une opportunité en or de travailler avec l'équipe Juste pour rire pour continuer de faire briller la marque à l'international, tant en humour francophone qu'en humour anglophone", a déclaré dans un communiqué Chris Silbermann, directeur général d'ICM Partners, l'une des principales agences d'artistes d'Hollywood.

"Nous allons laisser l'équipe de Montréal continuer de faire ce qu'elle fait si bien depuis toutes ces années", a assuré M. Silbermann.
Avant l'affaire Rozon, "Juste pour rire" et son pendant anglophone "Just for laugh" employaient une centaine de personnes dans la métropole québécoise.

Le festival créé en 1983 "est un trésor culturel" est son "succès à long terme" va être assuré par les investisseurs, notamment en faisant "grandir la marque à l'international", a déclaré Howie Mandel.

Après 35 ans d'existence, "Juste pour Rire" est reconnu comme le plus grand festival d'humour du monde. Il dispose de filiales en France et aux Etats-Unis et génère une partie importante de ses revenus avec la production d'émissions de télévision, en particulier des caméras cachées diffusées dans plus de 135 pays et à bord d'une centaine de compagnie aérienne.

Le succès de l'édition du festival n'est toutefois pas garanti: un nouveau concurrent a été annoncé après la mise en accusation de Gilbert Rozon, "Le Grand Montréal comédie fest". Il se tiendra cet été deux semaines avant "Juste pour rire" dont il a repris plusieurs sponsors majeurs et humoristes de renoms.

La vente du groupe québécois d'humour était devenue inévitable depuis que Gilbert Rozon avait été accusé d'agressions sexuelles portées par une dizaine de femmes à l'automne dernier, dans la foulée du mouvement #Metoo.

Selon le collectif "Les Courageuses", Gilbert Rozon aurait fait "au moins 20 victimes sur une période de 34 ans, de 1982 à 2016", ce que réfute fermement le producteur âgé de 63 ans.