La double vie fascinante d'Hedy Lamarr, scientifique et déesse de Hollywood © BELGA

Jadis proclamée "plus belle femme du monde", Hedy Lamarr est surtout connue pour avoir fait scandale avec des scènes dénudées dans les années 1930, pour le célèbre film "Ekstase".

La déesse du grand écran aux cheveux de jais, morte au tournant du millénaire à 86 ans, a écrit dans ses mémoires que "n'importe quelle fille peut être séduisante: il faut juste rester sans bouger et avoir l'air stupide".

Un nouveau documentaire qui sera diffusé en mai sur la chaîne PBS, "Bombshell: The Hedy Lamarr Story" en anglais, révèle que la beauté sensuelle de l'actrice a éclipsé ses prouesses de scientifique dont une invention a aidé à révolutionner la communication moderne.

Lamarr n'a jamais parlé publiquement de sa vie en dehors des films et sa famille pensait que son histoire était morte avec elle, jusqu'à la découverte en 2016 par l'ancien journaliste du magazine Forbes Fleming Meeks de plusieurs cassettes d'un entretien datant de 1990, où elle parle de sa vie.

Immigrée autrichienne juive ayant inventé un système de communication pour aider à vaincre les nazis, Lamarr a été ignorée pour ses découvertes et incitée à vendre des baisers pour acheter des emprunts obligataires afin de financer l'effort de guerre.

Remarquée par un réalisateur autrichien lorsqu'elle était adolescente, elle acquiert une renommée mondiale après avoir tourné dans le film tchèque de 1933, "Ekstase", une des premières approches de l'érotisme au cinéma. On l'y voit seins nus et elle simule un orgasme, ce qui fit scandale.

Dans "Samson et Dalila" (1949) de Cecil B. DeMille, Hedy Lamarr joue la femme fatale la plus célèbre du monde et connait son plus grand succès au box-office.

Elle a finalement été honorée en 1997 comme inventeuse, recevant un prix de la Fondation américaine Electronic Frontier pour sa contribution à la société. Elle est morte d'une défaillance cardiaque en janvier 2000.