George et Amal Clooney : leur maison au Royaume-Uni est inondée !


La maison de George et Amal Clooney située à Sonning, en Angleterre, a été touchée par les inondations qui frappent le pays. Comme le rapporte le Daily Mail, une partie leur jardin est sous l'eau malgré les barrages de protection prévus à cet effet.


La maison de George et Amal Clooney, qui se situe dans le village de Sonning en Angleterre, est menacée par les inondations qui ont ravagé une grande partie de leur jardin. Le sud du pays a été affecté par de fortes pluies pendant le week-end de Pâques, et les représentants de l’Environment Agency ont fait parvenir un avertissement aux résidents de leur village, qui se trouve en bordure de la Tamise.

Des photographies aériennes obtenues par le Daily Mail montrent que la rivière est sortie de son lit près de la maison de George et Amal Clooney, inondant leur jardin - bien que le couple ait dépensé un montant estimé à 70.000 dollars pour le protéger. Leur maison en Angleterre leur a coûté 10,5 millions de dollars mais ils ont fait des rénovations, notamment pour se protéger des inondations, qui ont fait monter le prix à 17,5 millions de dollars. Les représentants de l’Environment Agency ont informé les résidents du village de Sonning que les niveaux de rivières continuent de monter, et que la région sera touchée par de nouvelles pluies, ce mercredi (4 avril 18). Il est donc recommandé aux habitants de « rester à l’abri » car les inondations « peuvent être profondes et à fort courant ».

L’acteur et sa femme ont acheté la maison en 2014 et ont entrepris de grands travaux, comprenant l’installation de caméras de sécurité. Ils ont emménagé dans la propriété avant la naissance de leurs jumeaux, Ella et Alexander, en juin de l’année dernière (17). Après avoir déménagé, George Clooney avait confié au Sunday Times adorer sa nouvelle maison, qui lui offre notamment la possibilité de se rendre rapidement à Londres. « Nous sommes à seulement 50 minutes de Londres, donc on peut y aller pour des dîners. Ce n’est pas comme Oxford. On peut avoir un peu d’intimité », avait-il confié au journal.

Cover Media