Cinq ans de prison pour le sulfureux Salman Khan, superstar de Bollywood © BELGA

La superstar de Bollywood Salman Khan a été condamnée jeudi à cinq ans de prison pour avoir illégalement abattu des animaux protégés il y a vingt ans, un nouveau rebondissement dans la carrière du "bad boy" du cinéma indien.

Salman Khan, un des acteurs les plus en vue de l'usine à rêves de Bombay, avait dans la matinée été déclaré coupable par la justice du Rajasthan (ouest) pour avoir chassé des antilopes rares en 1998. Il a également écopé d'une amende de 10.000 roupies (125 euros).

Arrivé au tribunal de Jodhpur en chemise noire moulante, lunettes de soleil sur le nez, la vedette âgée de 52 ans, qui a plaidé non coupable, a été écrouée sitôt la sentence prononcée. Sa défense déposera une demande d'appel vendredi, ce qui aura pour effet de suspendre la peine et lui permettra de sortir.

Salman Khan "a été condamné à tort en première instance. Une grande partie des preuves enregistrées dans la procédure n'ont pas été correctement prises en compte", a déclaré son avocat Mahesh Bora aux journalistes.

"Une condamnation de Salman Khan veut dire beaucoup pour l'industrie (du cinéma) car il est une superstar dont les films assurent d'énormes chiffres au box-office" analyse pour l'AFP Komal Nahta, spécialiste du secteur.

La lourde condamnation de ce fils d'un célèbre scénariste était abondamment commentée en Inde, où Bollywood accusait le coup. "La dernière chose qu'est Salman Khan, c'est un criminel. J'ai le sentiment que ceci est trop sévère", a notamment tweeté l'acteur Arjun Rampal.

Une fois le jugement connu, plusieurs centaines de fans ont convergé sur la demeure de la star à Bombay. La police avait érigé des barrières devant ce bâtiment surplombant la mer d'Arabie, a constaté un journaliste de l'AFP.

"Alors que l'antilope est de toute façon morte, l'absence de Khan aura un gros impact et puis les erreurs, ça arrive", a déploré Mohammad Arif Khan, 26 ans, qui a voyagé depuis le nord de l'Inde dans l'espoir d'apercevoir son idole.