Jean-Jacques Annaud dévoile sa première série TV à Canneseries © BELGA

Plutôt que dévoiler un épisode ou deux de sa première série TV, c'est un montage spécial de "La vérité sur l'affaire Harry Québert" que le cinéaste français Jean-Jacques Annaud a choisi de présenter samedi au festival Canneseries.

La première édition de ce festival international de séries TV se déroule jusqu'au 11 avril à Cannes, sur la Riviera française.

Le réalisateur de "La Guerre du feu" et "Le Nom de la rose" a "surpris tout le monde avec cette idée" de montage spécial de cette série attendue, présentée hors compétition dans la soirée en première mondiale, a raconté à l'AFP l'Italien Fabio Conversi (Barbary Films), son coproducteur. La compétition, qui réunit dix films internationaux, débute pour sa part dimanche.

Deux histoires traversent ce thriller, en dix épisodes, à trente ans de distance, nourries d'un grand secret qui va obliger les protagonistes à se remettre en question, résume le producteur, qui s'est acharné pour obtenir des droits très convoités.

"Je me suis battu pendant trois ans, le monde entier les voulait, à commencer par Luc Besson, Steven Spielberg, Ron Howard... nous étions 89 en tout", explique Fabio Conversi. "J'ai supplié Jean-Jacques de lire le livre. Il a été conquis."

Le tournage a immédiatement débuté, au Canada à la frontière américaine, pour s'achever le 12 décembre.
"J'ai eu, je crois, la main très heureuse", se félicite Jean-Jacques Annaud au sujet de son casting américain, avec Ben Schnetzer ("Pride"), Patrick Dempsey ("Grey's Anatomy") dans le rôle principal d'Harry Québert et Kristine Froseth ("Rebel in the Rye").

La série est aujourd'hui quasiment achevée, ne lui manque que la musique des derniers épisodes. Il retournera fin avril à Los Angeles travailler avec Simon Franglen, fidèle collaborateur du compositeur James Horner décédé en 2015, qui avait signé la B.O de quatre de ses films.

La série sera diffusée en France sur la chaîne TF1 et sur Epix aux Etats-Unis en 2018.