Protestation contre le concert de Bertrand Cantat à Lausanne © BELGA

Une petite cinquantaine de personnes ont manifesté jeudi à Lausanne avant le concert de Bertrand Cantat aux Docks. Elles ont dénoncé la banalisation de la violence faite aux femmes. D'autres voix se sont élevées pour défendre le droit du chanteur à exercer son métier.

En 2004, Bertrand Cantat a été condamné à huit ans de prison pour le meurtre de Marie Trintignant, sa compagne. Depuis quelques mois, dans la foulée du mouvement #metoo, ses concerts font polémique, à tel point qu'il a renoncé à se produire dans les festivals d'été.

Sa tournée a été maintenue, y compris ses deux concerts aux Docks, jeudi et vendredi. Une présence "indécente", selon l'association Feminista, qui a appelé à manifester devant la salle. "Assassin adulé, violence banalisée", ont scandé les manifestants devant les fans qui faisaient la queue en attendant d'entrer dans la salle. "La honte doit changer de camp", ont-ils ajouté.

"Ca rime à quoi ? il a payé déjà. Certes, c'est impardonnable ce qu'il a fait, mais laissez-le faire son métier", a répliqué un spectateur. "Dans aucune de ses chansons, il ne fait l'apologie de la violence sur les femmes". Malgré quelques vifs échanges sporadiques, le face-à-face n'a pas dégénéré.

De leur côté, les Docks rappellent qu'ils ont déjà accueilli Bertrand Cantat en mai 2014, avec son groupe Detroit, et que leur position n'a pas changé. "Nous considérons un groupe, un artiste. L'homme, quant à lui, a été jugé pour son crime, nous laissons de côté - sans les effacer - ses actes et écoutons sa musique", indique un communiqué.