Pierre Lescure et Thierry Frémaux : vent debout contre le producteur de «Don Quichotte»


Pierre Lescure et Thierry Frémaux, qui organisent le Festival de Cannes, ont fait savoir dans un communiqué qu'ils s'opposaient à Paulo Branco, le producteur du film L'homme qui tua Don Quichotte. Ce dernier menace de faire interdire la diffusion du film.


Le film de Terry Gilliam, L'homme qui tua Don Quichotte, n'en finit pas de susciter des remous. Son producteur Paulo Branco a menacé de demander à la justice d'interdire la diffusion du film durant le Festival de Cannes, et les organisateurs Pierre Lescure et Thierry Frémaux ont fait savoir dans un communiqué qu'ils allaient tenir bon.

Le film doit clôturer le 19 mai prochain le Festival mais Paulo Branco estime que la fin du film a été tournée de manière illégale après qu'il ait viré le réalisateur en 2016. « Le Festival de Cannes a pour mission de choisir les œuvres sur des critères purement artistiques et une sélection doit se faire avant tout en accord avec le réalisateur d'un film, expliquent les organisateurs. C'est le cas. Nous étions prévenus des recours possibles et des risques encourus, dans une situation déjà rencontrée dans le passé mais en l'occurrence, lorsque notre décision a été prise, rien ne s'opposait à la projection du film au Festival. »

Les deux hommes rappellent surtout qu'il sont du côté du cinéaste Terry Gilliam, qui, pendant plus de 10 ans, à souffert de la fameuse malédiction de Don Quichotte. Il avait sorti en 2002 le documentaire Lost In La Mancha dans lequel il montrait le désastre d'une première tentative de tournage du film. « Il est plus que jamais important de rappeler que les artistes ont besoin qu'on les soutienne, pas qu'on les attaque», indiquent également Pierre Lescure et Thierry Frémaux, en rappelant que le film Rafiki de Wanuri Kahiu, a été sélectionné alors qu'il subi la censure au Kenya.

Cover Media