Pamela Anderson craint pour la sécurité de Julian Assange


Pamela Anderson a décrit les conditions de vie de Julian Assange lors d’un entretien avec le Hollywood Reporter. L’actrice n’a pas de nouvelles du fondateur de WikiLeaks depuis un mois.


Pamela Anderson a tiré la sonnette d’alarme à propos des conditions de vie de Julian Assange. Le fondateur de WikiLeaks vit en exil dans l’ambassade d’Équateur à Londres, mais l’actrice n’a plus de nouvelles de lui depuis un mois, lorsque les officiels de l’ambassade lui ont coupé Internet.

« Il est coupé de tout le monde. La qualité de l’air et de la lumière (à l’ambassade) est déplorable parce qu’il ne peut pas laisser une fenêtre ouverte et il ne voit pas la lumière du jour », a-t-elle confié au Hollywood Reporter. Pamela Anderson a expliqué également qu’il est traité pire qu’un prisonnier. « Même les prisonniers peuvent sortir, lui non. Je lui amène toujours de la nourriture vegan, mais il mange très simplement. Je lui ai parlé le jour où on lui a coupé Internet. Il m’a envoyé un message d’urgence. Depuis, plus rien », a-t-elle ajouté.

Le fondateur de WikiLeaks a été accusé en 2012 d’agression sexuelle en Suède. Si aujourd’hui les charges ont été abandonnées, il reste reclus à l’ambassade par peur d’être extradé aux Etats-Unis où il pourrait être jugé pour avoir diffusé des informations classées secret-défense sur son site. « Il a été accusé à tort de tellement de choses. Mais c’est la façon de le tenir à terre et de le rendre inefficace. Il souffle dans les bronches des puissants », a-t-elle ajouté, expliquant qu’elle a « toujours essayé de l’humaniser car les gens pensent qu’il est un robot ou un écran d’ordinateur ».

Cover Media