L'expulsion de Roman Polanski de l'Académie des Oscars: son avocat dénonce "un harcèlement" © BELGA

L'avocat polonais de Roman Polanski a qualifié vendredi de "harcèlement" la décision de l'Académie américaine des Oscars d'expulser le cinéaste polono-français.

L'Académie a annoncé jeudi l'expulsion de Roman Polanski, qui a admis une relation sexuelle illégale en 1977 avec une mineure de 13 ans, tout comme de la star de télévision Bill Cosby, reconnu récemment coupable d'agression sexuelle. L'Académie a expliqué que ses décisions étaient en accord avec ses nouvelles "normes de bonne conduite" adoptées suite à l'affaire Weinstein.

"Ce qui s'est passé s'apparente à de la maltraitance psychique à l'encontre de notre client, une personne âgée. Mettre sur le même plan Bill Cosby et Roman Polanski constitue un malentendu total, un harcèlement", a déclaré à l'AFP Jan Olszewski, qui s'est entretenu avec le réalisateur.
Roman Polanski est âgé de 84 ans.

Roman "Polanski n'a eu qu'un seul incident (de ce genre) dans sa vie, pour lequel il été été reconnu coupable, en a assumé la responsabilité, et sa victime lui a pardonné", a déclaré Mr. Olszewski.

Jeudi, sur son blog, Samantha Geimer, la victime de M. Polanski, a critiqué la décision de l'Académie, la considérant comme "une mesure laide et cruelle qui sert les apparences".

Mr Olszewski a insisté sur le fait que le réalisateur "a fait partie de l'Académie depuis des années. Tout le monde le savait parce que son procès en justice a été transparent et connu de tous... Il y a là des sommets d'hypocrisie". Par ailleurs, "les responsables de l'Académie ont agi en dehors du règlement" de leur organisation, a estimé l'avocat, relayant les vues de son client, et n'a pas exclu une réaction en justice.

"Roman est un homme fort psychiquement. Il a déjà vécu des choses dans sa vie mais certainement il n'est pas content... il est bouleversé" par la décision de l'Académie américaine, a ajouté Mr Olszewski.

Roman Polanski a fait une brève apparition en Pologne jeudi, à l'occasion de la sortie de son dernier film "D'après une histoire vraie". Dans une interview publiée sur le site local Onet.pl, le réalisateur a estimé que sur l'ensemble des accusations formulées dans le cadre du mouvement #BalanceTonPorc, "une partie, peut-être une bonne partie sont véridiques, mais certainement pas toutes".