Margot Robbie travaille sur le spin-off de Harley Quinn depuis trois ans


Margot Robbie a lancé l'idée d'un film sur Harley Quinn, son personnage dans Suicide Squad, il y a trois ans. Dans une interview pour Collider, elle a parlé du projet dont elle sera aussi productrice.


Margot Robbie a incarné Harley Quinn dans le film Suicide Squad en 2016, tandis que le studio Warner Bros. a confirmé cette année qu'un spin-off sur le personnage de DC Comics, intitulé Birds of Prey, était en préparation. Le tournage ne devrait pas commencer avant plusieurs mois et l'actrice australienne a maintenant révélé qu'elle avait présenté le concept du film alors qu'elle tournait encore Suicide Squad.

« C'était il y a trois ans, mi-2015, que j'ai lancé l'idée d'un film pour adultes sur un gang de filles dont Harley ferait partie, a-t-elle indiqué à Collider. Parce que j'étais là : "Harley a besoin d'amis. Harley aime interagir avec les gens, alors ne la forcez jamais à faire un film à elle toute seule. Elle doit être avec d'autres personnes, ça devrait être un gang de filles". Je ne voyais pas assez de gangs de filles à l'écran, surtout dans les films d'action. »

Christina Hodson, qui a récemment été choisie pour écrire le scénario de Batgirl, s'attaquera au script tandis que Margot Robbie produira le film avec sa maison de production LuckyChap, aux côtés de Sue Kroll et de Bryan Unkeless. Ils ont demandé à la productrice et réalisatrice Cathy Yan de réaliser le film, et la star ne pouvait pas être plus ravie de leur choix. « C'était extrêmement important de trouver une réalisatrice pour cela, si possible. Mais au bout du compte, homme ou femme, c'est le meilleur réalisateur qu'on engage, et c'était Cathy la meilleure. Alors, on a vraiment hâte de nous y plonger », a ajouté la star de 27 ans.

Margot Robbie est actuellement en pleine promotion du thriller noir Terminal, réalisé par Vaughn Stein et dans lequel on retrouve Simon Pegg et Mike Myers. Ce projet est son premier en tant que productrice, et elle a trouvé l'expérience extrêmement enrichissante. « (Comme) il n'y avait aucun studio auquel nous devions répondre, c'était un environnement vraiment créatif et stimulant, parce que tout le monde pouvait faire ce qu'il voulait, avec des ressources limitées comme sur un film normal bien sûr. »

Cover Media