Terry Gilliam : fier de voir 25 ans de travail enfin à l’écran


Le réalisateur Terry Gilliam a confié à Deadline que ça valait le coup d’attendre 25 ans avant de voir L’homme qui tua Don Quichotte à l’écran. Il a pu ainsi faire quelques changements bénéfiques à la trame.


Terry Gilliam est un homme heureux. Son projet, que l'on disait maudit, L’homme qui tua Don Quichotte, a été montré au Festival de Cannes malgré une bataille juridique avec l’un des producteurs et le public peut enfin de le voir.

Cela fait en effet 25 ans que le cinéaste essaye de le mettre sur pied, mais les embûches qui ont ralenti l’aboutissement du film pendant toutes ces années ont été bénéfiques. « Je pense que ça a changé un peu. Le truc, c’est que ça a changé pour le meilleur. C’est ce qui était intéressant : ce processus qui a duré un quart de siècle a rendu le film meilleur », a-t-il confié à Deadline.

Et les avancements technologiques y sont pour beaucoup. « Le grand saut a été quand nous n’avions pas Toby (joué par Adam Driver) frappé à la tête et qui se retrouve au 17e siècle. Pour garder cela moderne. Et c’est en partie une question pratique – c’était simplement moins cher si vous n’aviez pas à repeindre les lignes téléphoniques et les antennes satellites. Mais c’était aussi une meilleure idée parce que dans l’original, il était question d’un voyage dans le temps pour rencontrer le vrai Don Quichotte. On a fini avec l’idée d’un type qui pense être Don Quichotte parce qu’il était dans un film où il incarnait Don Quichotte. C’est vraiment devenu un film sur des films et la façon de faire des films. Les effets des films. Tout cela était bien plus intéressant pour moi… Le film se faisait tout seul », a-t-il ajouté.

L’homme qui tua Don Quichotte est sorti le 19 mai (18).

Cover Media