L'avocat de Morgan Freeman demande à CNN de se rétracter


Après avoir été accusé de mauvaise conduite sexuelle par CNN, Morgan Freeman a présenté des excuses. Cependant, son avocat a demandé des excuses à la chaîne.


L’avocat de Morgan Freeman a demandé à CNN de se rétracter à propos de leur article évoquant une supposée mauvaise conduite sexuelle de la part de Morgan Freeman. La star de 80 ans a été accusée le 24 mai par CNN, reprenant les allégations de seize personnes, huit d’entre elles étant des présumées victimes de son attitude, qui incluent des incidents sur des tournages, en promotion, et dans l'enceinte de sa maison de production, Revelations Entertainment.

Morgan Freeman s’est excusé, expliquant que ses commentaires et son comportement n’avaient jamais eu pour but d’offenser. « Je suis dévasté d’apprendre que 80 ans de ma vie risquent d’être anéantis en un clin d’œil par les allégations de jeudi. Toutes les victimes d’agression et de harcèlement méritent d’être entendues, et nous devons les écouter. Mais il n’est pas juste de mettre en équivalence d’horribles agressions sexuelles avec un commentaire ou une blague déplacée. »

Son avocat a donc maintenant demandé aux journalistes de CNN de se rétracter, déclarant que l’article a « infligé de sérieux dommages » à l’acteur. Dans la lettre de Robert M. Schwartz, on peut lire « au minimum, CNN doit immédiatement publier un article de rétractation et s’excuser auprès de M. Freeman par les mêmes canaux, et avec le même niveau d’attention qui a été utilisé pour l’attaquer injustement le 24 mai ». Dans la lettre, maître Schwartz révèle qu’il a aussi commencé à enquêter certaines des allégations faites dans l’article.

Les patrons de CNN soutiennent leurs reporters. « Les accusations infondées faites par l’avocat de M. Freeman sont décevantes et difficiles à concilier avec les propres excuses de M. Freeman après la publication de l’article, déclare un communiqué de CNN. CNN soutient ce reportage et répondra avec force à quelque tentative que ce soit de M. Freeman ou de ses représentants de nous intimider afin que nous n’enquêtions pas sur des problèmes publics importants. »

Cover Media