Brian De Palma écrit un film sur Harvey Weinstein


Interviewé par Le Parisien, Brian De Palma a révélé à quel point il restait attaché au cinéma, malgré son mépris pour le nouvel Hollywood. Et annoncé le sujet de son prochain film : Harvey Weinstein.


L'actualité est chargée pour Brian de Palma. A 77 ans, le réalisateur mythique de Carrie, Scarface ou Blow Out vient de sortir un roman, Les serpent sont-ils nécessaires, de finir un film, Domino, est l'objet d'une rétrospective de ses 29 films à la Cinémathèque de Paris et d'un documentaire sur l'ensemble de sa carrière, intitulé De Palma, et il devrait bientôt repartir sur les plateaux de tournage avec un nouveau projet. Dans une interview pour Le Parisien, il vient de révéler le sujet (ou plutôt l'inspiration) de son prochain film : l'affaire Weinstein.

« Je suis en train d’écrire un film sur ce scandale, dont je discute actuellement avec un producteur français. Mon personnage ne s’appellera pas Harvey Weinstein. Mais ce sera un film d’horreur, avec un agresseur sexuel, et cela se passera dans l’industrie du cinéma », a-t-il expliqué.

Le réalisateur raconte également pourquoi il a attendu 6 ans entre son précédent film, Passion, et le prochain, Domino, initialement prévu pour une sortie dans le courant de l'année. « Si vous ne venez pas de faire un blockbuster, c’est très dur de refaire un film... Je n’aurais jamais pu faire Outrages (en 1989) si je n’avais pas fait Les Incorruptibles (en 1987). (Domino) a été une expérience horrible. Le film était sous-financé, il a pris beaucoup de retard, le producteur n’a pas arrêté de nous mentir et n’a pas payé certains de mes collaborateurs. Je ne sais pas du tout si ce long-métrage va sortir », s'est-il lamenté, avant de revenir sur tout ce qu'il reproche au Hollywood d'aujourd'hui. « Les films de dinosaures et de super-héros sont faits pour les enfants ! Vous ne pouvez plus faire de films sérieux là-bas... Sauf si vous êtes Spielberg et que vous « êtes » le studio. Après Mission : Impossible, quand Tom (Cruise) a dit qu’il voulait tourner la suite, je lui ai dit : Mais tu plaisantes ? Pourquoi je voudrais faire un autre film comme ça ?... Après cela, j’ai fait Snake eyes, Mission to Mars» et là, j’ai dit : Stop. J’en avais marre de ces gros films, où tu te bats avec les studios pour savoir combien coûtent les effets spéciaux », a-t-il expliqué.

Cover Media