Quelques jours après la polémique autour de son soutien à Donald Trump et une déclaration ambigue sur l'esclavage, le rappeur Kanye West revient avec un nouvel album, en prise avec l'actualité mais aussi avec ses démons et ses interrogations.

Avec son goût consommé de la mise en scène, il a présenté, jeudi soir, ce huitième disque studio devant quelques centaines de personnes triées sur le volet, à l'extérieur d'un hangar de Jackson Hole, dans le Wyoming, où il a enregistré l'album.

Près d'un mois après avoir défié la chronique avec une série de tweets et une interview polémique, l'enfant de Chicago voulait visiblement laisser parler sa musique. Fin avril, Kanye West avait tweeté son amour pour son "frère" Donald Trump, posant même avec une casquette "Make America Great Again", slogan de campagne de l'ancien promoteur immobilier, et revendiquant sa liberté d'expression et d'opinion. Quelques jours plus tard, il avait remis un jeton dans la machine médiatique en qualifiant l'esclavage de "choix" pour les Noirs, déclenchant un tollé encore supérieur à celui suscité par sa déclaration à Donald Trump.

Avec son sens aigu de l'à propos, Kanye West revient sur cet épisode dans l'un des sept morceaux de cet album resserré, "Wouldn't Leave", évoquant les réactions outrées qui ont suivi ses propos. "Imaginez simplement s'ils m'avaient pris un jour de folie", dit-il sur un ton de défiance, tout en rendant hommage à la réaction de sa femme, Kim Kardashian West. "Je lui ai dit qu'elle pouvait me quitter", affirme-t-il. "Mais elle ne voulait pas partir."

D'autres titres évoquent l'actualité, comme "Yikes" avec une référence au mouvement #MeToo et au producteur de hip-hop Russell Simmons, accusé de viol par plusieurs femmes. Kanye West mentionne aussi Stormy Daniels, star du cinéma pornographique qui affirme avoir eu une relation avec Donald Trump, dans "All Mine", consacré à l'adultère, sans citer le nom du président des Etats-Unis.

Mais l'essentiel de "Ye", le titre de l'album, réside davantage dans la propension du rappeur à l'introspection, qui a fait une partie de son succès.