Woody Allen se défend


Woody Allen, lâché par le milieu du cinéma après les accusations d'agression sexuelle de sa fille adoptive Dylan Farrow, s'est enfin exprimé. Dans une émission de télévision argentine, il explique qu'il devrait être considéré comme un exemple de comportement avec les femmes.


Woody Allen est convaincu qu'il est la première victime du mouvement #MeToo, qui lutte contre le harcèlement et les agressions sexuels à Hollywood. Le réalisateur, accusé à plusieurs reprises par sa fille adoptive d'attouchements et de comportements sexuels douteux, vient de répondre, lors d'une interview à la télévision argentine, à la polémique et à la réaction de nombreux acteurs hollywoodiens qui refusent désormais de travailler avec lui.

« Je suis un des plus grands défenseurs du mouvement #MeToo. Je pense que lorsqu'on trouve des gens qui harcèlent des femmes ou des hommes, il est important de les exposer. Mais je pense que je devrais être un exemple. J'ai travaillé dans le milieu du cinéma pendant 50 ans. J'ai travaillé avec des centaines d'actrices et pas une seule, que ce soit des actrices connues ou celles qui débutent, n'ont jamais suggéré que je m'étais mal comporté avec elles. J'ai toujours été parfait avec elles », a-t-il expliqué à l'émission Periodismo Para Todos.

Le réalisateur avoue aussi qu'il est très agacé par les comparaisons avec d'autres hommes puissants du cinéma, comme James Toback et Harvey Weinstein, mis en cause pour avoir violé ou agressé sexuellement des actrices. « Ca me gêne d'être associé à ces hommes. Des gens qui ont été accusés par 20 femmes, 50 femmes ou 100 femmes d'abus, d'abus et d'abus. Et moi, qui ai été accusé par une femme dans une affaire de garde d'enfants qui a été examinée par la justice et dont il a été prouvé qu'elle était fausse, je suis mis dans le même sac », s'est-il insurgé, faisant référence aux accusations de Dylan Farrow, sa fille adoptive, et à son ex-femme Mia Farrow, avant de préciser : « Tout a été analysé il y a 25 ans par les autorités et elles sont arrivées à la conclusion que c'était faux. C'était fini, pour moi, et j'ai continué ma vie mais là ça revient, mais mon Dieu, c'est horrible d'accuser quelque de ce genre de chose. J'ai une famille et des enfants moi aussi ».

Bechet Dumaine, la fille que le réalisateur a eue avec Soon-Yi Previn, et son fils adoptif Moses Farrow se sont tous les deux récemment exprimés dans les médias pour défendre Woody Allen. « Je n'ai jamais voulu m'exprimer sur les réseaux sociaux dans des débats sur mon père, mais à partir d'un certain moment, c'est difficile de faire comme si rien de tout cela n'arrivait, sans le défendre. Il a toujours été un père attentif et aimant, et maintenant c'est à mon tour de le soutenir », a expliqué Bechet Dumaine.

Cover Media