L'ancien champion de tennis Boris Becker ne jouirait d'aucune immunité diplomatique malgré le poste qu'il occupe comme attaché auprès de l'Union européenne du comité sportif de République centrafricaine, a précisé le ministre centrafricain des Affaires étrangères Charles-Armel Doubane. "Nous ne souhaitons pas que le titre non-officiel de Boris Becker dans notre pays soit associé avec ses soucis financiers", a-t-il fait savoir au quotidien allemand Die Welt.

La situation financière de Boris Becker n'est guère brillante. Il a été déclaré en faillite en juin de l'an dernier à la demande de la banque privée britannique Arbuthnot Latham & Co, établissement auprès duquel ses dettes se sont accumulées depuis 2015.

Boris Becker souhaite invoquer l'immunité diplomatique pour éviter la procédure de déclaration de faillite. Il ne pourrait alors être soumis à une procédure judiciaire sans l'accord du ministre britannique des Affaires étrangères Boris Johnson et celui de son homologue à Bangui.

L'ambassadeur de Centrafrique en Belgique et pour l'UE avait dans un premier temps déclaré que Boris Becker bénéficiait de l'immunité diplomatique. Une thèse contredite, donc désormais, par le ministre des Affaires étrangères dans cette interview au Welt. "Nous disons clairement que notre pays n'ira pas à l'encontre du cours de la justice dans ces éventuelles initiatives contre Boris Becker", a précisé Charles-Armel Doubane.