Johnny Depp ne peut plus fuir


Johnny Depp tentait de repousser le procès qui l’oppose à ses agents. Mais d’après Deadline, il ne pourra pas y échapper.


Johnny Depp ne pourra pas retarder la date de son procès contre ses agents. Le comédien est parti en guerre contre les responsables de The Management Group, Joel et Robert Mandel, en janvier 2017. Il leur réclame 25 millions de dollars (21,5 millions d’euros) de dommages et intérêts en les accusant d’avoir mal géré ses finances, accumulant ainsi des dettes de plus de 40 millions de dollars (34 millions d’euros). Les deux frères n’ont pas trop supporté cet affront et se sont retournés contre leur ancien client en prétextant qu’il s’était mis tout seul dans cette impasse financière à cause de ses dépenses inconsidérées.

Le procès doit démarrer le 15 août (18), mais vendredi 22 juin, Benjamin Chew, l’avocat de Johnny Depp, a réclamé un report de 60 jours au juge de Los Angeles, citant la « proximité » de l’audience préliminaire calée le 14 juillet. Les avocats des frères Mandel ont réfuté cet argument et d’après Deadline, la juge Teresa Beaudet a elle-même décidé que les dates prévues seraient maintenues.

L’annonce arrive quelques jours après la publication d’un portrait sidérant de Johnny Depp dans Rolling Stone, écrit au cours de 72 heures de dialogue entre un journaliste et le comédien de 55 ans. Ce dernier évoque de nombreux sujets comme la drogue, la dépression, le jeu, l’amour, et bien évidemment, ses soucis financiers. « J’avait touché le fond. La prochaine étape, c’était ”Tu vas arriver quelque part les yeux ouverts et tu vas en repartir les yeux fermés” », confie candidement Johnny Depp lors de cet échange apocalyptique.

Cover Media