Maïtena Biraben réclame à Canal + plus de 4 millions d'euros d'indemnité


Maïtena Biraben passait devant le conseil des Prud'hommes lundi 25 juin (18) pour réclamer ses indemnités de licenciement après son éviction du Grand Journal. Canal + l'avait renvoyée pour faute grave.


En 2016, Maïtena Biraben était brutalement évincée du Grand journal de Canal + après une première saison décevante. Alors que son contrat spécifiait qu'elle pouvait toucher de conséquentes indemnités en cas de rupture, la maison mère, qui venait juste de passer sous la domination de Vincent Bolloré, a finalement invoqué une faute grave n'ayant ainsi pas à lui verser d'argent.

Elle est donc passée lundi dernier devant le conseil des Prud’hommes de Boulogne pour réclamer plus de 4 millions d'euros comptant, 2,55 million d’indemnités contractuelles 1,01 million pour licenciement sans cause réelle et sérieuse et 500.000 euros pour préjudice moral.

« Pour éviter d’avoir à payer l’indemnité contractuelle, les dirigeants de Canal+ vont invoquer une démission, explique son avocate. Puis, comme ils s’aperçoivent que ça ne tient pas la route, ils vont mettre en place un licenciement pour faute grave, dont les motifs ne tiennent pas non plus la route».

De leur côté, les avocats de Canal + affirment que l'animatrice est bien responsable d'une faute grave en ayant fait preuve de « déloyauté » en vers la chaîne. D'après l'avocat du groupe, elle aurait « revendiqué un limogeage là où il n’y en avait jamais eu, et a tenté de passer en force pour obtenir le paiement d’une somme assez rondelette qui était due s’il y avait eu une exécution loyale de son contrat de travail ».

Il faudra attendre le 27 septembre (18) pour connaître le verdict.

Cover Media