Au niveau de la sécurité, aucun événement grave n'est à signaler pour les dernières 24 heures, a indiqué vendredi la zone de police des Hauts-Pays en charge de la sécurisation sur et aux alentours du site de la 30e édition du Festival de Dour, qui se déroulera jusqu'à dimanche soir.

Vendredi, troisième journée du festival de Dour, quelque 45.000 festivaliers sont présents sur le site situé au pied du parc à éoliennes, sous un soleil de plomb. La circulation reste fluide, constate également vendredi Patrice Degobert, chef de corps de la zone de police des Hauts-Pays.

Les autorités policières ont tiré un premier bilan à mi-parcours du festival, commencé mercredi soir sur un tout nouveau site. Au total, dans la soirée de jeudi à vendredi, la zone de police des HautsPays a comptabilisé dix arrestations administratives pour troubles à l'ordre public, six dans la journée de jeudi et quatre pendant la nuit de jeudi à vendredi. Les contrôles spécifiques stupéfiants de la police judiciaire fédérale menés dans la soirée et la nuit de jeudi à vendredi ont abouti à quarante interceptions et procès-verbaux dont huit pour trafic de drogues. "En outre, deux personnes en possession de produits stupéfiants ont été arrêtées judiciairement et incarcérées à la prison de Mons et de Leuze. L'une pour non respect des conditions de libération et l'autre pour purger sa peine suite à une ordonnance de capture", précise la zone de police des Hauts-Pays.

Le dispositif intégré de la zone de police Boraine en compagnie des douanes et des services taxation a permis le contrôle de 142 véhicules avec comme résultats 14 procès-verbaux pour conduite sous influences de stupéfiants et/ou d'alcool, 22 procès-verbaux pour des infractions à la législation routière ayant eu pour conséquences sept retraits de permis de conduire, deux immobilisations et deux saisies de véhicules. Les policiers de la zone de police Boraine ont saisi 655 euros, un pistolet d'alarme et 400 grammes de stupéfiants (cannabis, XTC, MDMA, cocaïne,...) et ont procédé à deux arrestations pour trafic de stupéfiants. Les services des douanes ont réalisé 14 procès-verbaux et ont récupéré 16.000 euros pour des défauts en matière de taxation.

Du côté des services de secours sur le site du festival de Dour, la Croix-Rouge a relevé 500 interventions et vingt-cinq évacuations vers les hôpitaux de la région, sans urgence vitale détectée. Enfin, deux blessés "légers" sont à déplorer suite à l'utilisation de feu de Bengale dans le camping du Dour Festival, ce qui est formellement interdit.