La 30e édition du Dour Festival s'est clôturée lundi par le départ des 30.000 campeurs. Dans l'ensemble, les organisateurs sont satisfaits des changements opérés en termes d'implantation et de mobilité.

Quelque 228.000 festivaliers - 35.000 mercredi, 45.000 jeudi, 47.200 vendredi, 52.000 samedi et 49.000 dimanche - ont été recensés durant cinq jours. Au total, 40.000 personnes avaient opté pour l'une des nombreuses formules de camping du Dour Festival.

Pas moins de 229 prestations d'artistes et/ou de groupes venus de tous les horizons étaient au programme, dont 52 belges, sur les sept scènes repensées du festival. L'événement a nécessité l'installation de 42 kilomètres de barrières et de 80.000 m2 de planchers. Quelque 14.000 personnes s'y sont rendues via les transports en commun et 3.900 personnes ont travaillé bénévolement durant les cinq jours. Le budget total était de 15 millions d'euros.

Avec cette édition, le festival entendait se tourner "vers l'avenir" en remplaçant son terril (l'ancien site de la Machine à Feu étant devenu trop petit) par des éoliennes. Le défi de déménager de site a été relevé avec succès, le nouvel espace se révélant plus confortable, plus fonctionnel, plus logique et plus facile d'accès, avec des campings plus proches du site, de nouveaux décors et deux nouveaux chapiteaux, se félicitent les organisateurs.

"Nous sommes repartis d'une feuille blanche, et forts de l'expérience accumulée au fil des années, avons imaginé, pour chaque zone, quelle pourrait être la meilleure façon de recevoir les milliers de festivaliers, les centaines d'artistes, nos équipes et toutes les composantes de cette ville de 50.000 habitants tournant à plein régime pendant cinq jours", expliquent-ils

La prochaine édition aura lieu du 10 au 14 juillet 2019.