Coup d'envoi de la 25e édition des Francofolies, avec 20.000 festivaliers attendus © BELGA

Les premières notes de musique se sont élevées dans le ciel spadois sur le coup de 13h00 avec la prestation de Geneviève Laloy, première artiste à se produire dans le cadre de la 25e édition des Francofolies qui se tiendront jusqu'au 22 juillet. Entre 150 et 200 personnes attendaient patiemment devant l'entrée située Place Foch, unique accès de ce super village Francofous qui regroupe désormais les cinq scènes du festival et où sont attendus ce jeudi quelque 20.000 personnes.

Pour son 25e anniversaire, le festival spadois s'offre une cure de jouvence avec une disposition totalement repensée puisque le festival se déroule désormais uniquement au sein du parc de Sept Heures, avec cinq scènes bien séparées pour éviter une cacophonie de notes lorsque deux concerts se déroulent au même moment, des espaces récréatifs pour les enfants, un espace privatisé par un sponsor qui a disposé des transats pour profiter du soleil, un espace saveur pour se restaurer.

Le festivalier va devoir se réapproprier les lieux et trouver ses repères mais il disposera, à proximité de chaque scène, d'endroits ombragés pour pleinement profiter des concerts et plus particulièrement sur la scène Trace, qui dispose d'un espace vert protégé du soleil.

Le principal aménagement réside dans le déménagement de la scène Pierre Rapsat place Royale, juste en face du Radisson. Si Saint-James Hiphoptronics aura l'honneur d'essuyer les plâtres, les Francofous attendent aussi l'Or du Commun (16h45), Roméo Elvis & Le Motel (19h30) mais surtout Lost Frequencies, en exclusivité sur le festival spadois dès 22h45.

Cette nouvelle disposition permet désormais d'aérer complètement le centre-ville qui, depuis deux ans et les attentats de Nice, ressemblait à une ville fortifiée l'espace de quatre jours. Le centre retrouve désormais son esprit festif avec une rue royale totalement interdite à la circulation et envahie de terrasses lesquelles foisonnent également dans un piétonnier qui sera souvent pris d'assaut par les festivaliers et autres badauds venus pour profiter de l'ambiance toute particulière du festival.