Pour Elton John, la lutte contre le sida est une affaire personnelle. Et une source de frustration.

Annonçant mardi de nouvelles initiatives pour tenter de stopper la propagation du VIH, le virus qui cause le sida, le chanteur s'est souvenu des êtres aimés qu'il a perdu parmi les 35 millions de personnes déjà tuées par l'épidémie.

"J'ai perdu tant d'amis à cause du sida dans les années 1980, lorsque c'était la mort la plus horrible possible et qu'il n'y avait pas de remède, ni de compassion. Et personne ne semblait s'en soucier", s'est rappelé la star britannique de 71 ans durant un entretien à l'AFP, lors de la 22e conférence internationale sur le sida à Amsterdam.

Elton John dit regretter avoir fait "si peu" à l'époque, ce qu'il tente de compenser aujourd'hui.
"A ce moment-là, je consommais beaucoup de drogues. J'avais un problème. Et vous savez que lorsque vous prenez de la drogue, vous ne voyez pas la situation très clairement", a-t-il confié.

Bien qu'ayant donné "quelques concerts" et réalisé un album ("That's what friends are for") afin de récolter des fonds pour combattre l'épidémie, le chanteur dit "s'être senti tellement coupable de ne pas avoir fait assez".

Alors qu'il s'apprête à fêter sa 28e année de sobriété, il a expliqué: "Je voulais faire quelque chose que je pensais devoir faire... pour rattraper le temps perdu et c'était de faire quelque chose pour les personnes atteintes du VIH/sida".

Arborant fièrement sur sa veste une broche rouge en forme de ruban, symbole de la lutte contre le sida, l'artiste a également dénoncé une homophobie persistante.

Le regard ferme à travers ses lunettes teintées de rose, Elton John n'a pas hésité à utiliser un langage coloré pour exprimer sa frustration. "Je suis tellement en colère d'être une personne gay qui est juste... vous savez, traitée comme moins que les autres par ces gens", a-t-il lancé, s'exprimant sur la situation en Europe de l'Est et en Asie centrale - où les infections au VIH ont augmenté de 30% depuis 2010.

"Je déteste la situation en Russie", s'est exclamé le chanteur militant. "Je suis vraiment en colère à ce sujet. Cela dit, il doit y avoir un peu de colère dans ce que nous faisons. Mais nous n'avons aucune colère envers la maladie."

Elton John a réitéré l'engagement de sa fondation contre le sida pour encourager la prévention et le traitement du des contaminations par le VIH en Europe de l'Est.

Dans cette région, beaucoup sont poussés à la clandestinité, certains pour cacher leur homosexualité, d'autres pour s'injecter de la drogue, dans des pays où il est presque impossible de trouver des seringues propres, ce qui est considéré comme l'un des problèmes majeurs pour freiner l'épidémie.

"L'Europe de l'Est a été négligée et reste très homophobe, la communauté LGBT a une vie très compliquée là-bas", a ajouté Elton John.