Le casting des Gardiens de la Galaxie ensemble derrière James Gunn


Le réalisateur James Gunn vient de recevoir le soutien de l'intégralité du casting de la franchise des Gardiens de la Galaxie. Ces derniers ont signé une lettre ouverte exprimant leur amour et leur gratitude envers le cinéaste viré par Disney.


Plusieurs jours après la décision de Disney de virer James Gunn de son poste de réalisateur du troisième volet des Gardiens de la Galaxie, le casting de la franchise vient de signer une lettre commune dans laquelle tous apportent leur soutien au réalisateur et demandent à la maison de production de revenir sur sa décision.

« À nos fans et à nos amis, nous soutenons totalement James Gunn. Nous avons tous été choqués par son renvoi brutal la semaine dernière et nous avons attendu dix jours avant de réagir, pour nous laisser le temps de réfléchir, prier, écouter et débattre. Être dans Les Gardiens de la Galaxie est un tel honneur. Nous ne pouvons laisser passer ça sans exprimer notre gratitude, notre soutien et notre amour envers James. Nous ne sommes pas là pour défendre ses vieilles blagues, mais plutôt pour partager notre expérience, puisque nous avons passé plusieurs années ensemble à tourner Les Gardiens de la Galaxie 1 et 2. L'homme qu'il a été dans les jours après son licenciement est cohérent avec celui qu'il était pendant le tournage. Et ses excuses, d'aujoud'hui comme d'hier, viennent d'un cœur que nous connaissons, en qui nous avons confiance et que nous aimons », écrivent Chris Pratt, Zoe Saldana, Bradley Cooper, Dave Baustista, Vin Diesel et d'autres stars dans un document publié sur Instagram.

Ils ajoutent : « En nous choisissant pour raconter une histoire d'inadaptés qui trouvent la rédemption, il a changé à jamais notre vie. Nous pensons que ce thème de la rédemption est plus pertinent que jamais aujourd'hui. Chacun d'entre nous a hâte de travailler à l'avenir avec notre ami James. Son histoire n'est pas terminée ».

Pour rappel, James Gunn a été démis de ses fonctions après l’exhumation, par des soutiens politiques d'extrême-droite de Donald Trump, de vieux tweets dans lesquels le réalisateur s'essayait à de l'humour douteux sur le viol, la pédophilie ou encore l'holocauste.

Cover Media