Faire danser le piétonnier de Bruxelles sur des rythmes endiablés venus du Brésil et d'ailleurs? C'est le défi que relèvent pour la quatrième année les organisateurs du Percusounds Festival. Aux grands noms se mêleront des musiciens issus de formations plus modestes car l'événement, gratuit, se veut festif, convivial, mais aussi social.

Au Burundi, les tambours sont classés patrimoine immatériel de l'humanité de l'Unesco depuis 2014. "Un lien presque mystique unit le pays à cet instrument, dont le nom, 'ingoma', signifie 'tambour' mais aussi 'royaume'", s'enthousiasme l'organisateur Terra Brasil.

Le royaume de la danse et de la musique prendra ainsi ses quartiers du 17 au 19 août sur les places de la Bourse et de la Monnaie. Les amateurs pourront se déhancher sur les rythmes de N'Faly Kouyaté, signé par le label Real World de Peter Gabriel et membre du groupe Afro Celt Sound System. Le multi-instrumentiste, compositeur et chef d'orchestre Dendê tiendra également le haut de l'affiche, lui qui a notamment enregistré avec le chanteur brésilien et ex-ministre de la Culture Gilberto Gil.

Un poil samba, un poil reggae, le groupe engagé O Maracujá sera de la partie; tout comme les musiciens belges et brésiliens d'Anavantou ou encore le groupe bruxellois Batuqueria.

Au programme de ces trois jours, les concerts d'une vingtaine de formations, donc, mais aussi des initiations aux percussions, des jeux, des performances déambulatoires, du grimage et des food trucks aux arômes tropicaux. Sur scène et dans les rues, "le Percusounds s'adresse à tous les publics", souligne l'ASBL Terra Brasil. En 2017, le festival avait accueilli quelque 10.000 spectateurs.