Les émissions télévisées "Mariés au premier regard" et "Blind getrouwd", son équivalent flamand, n'enfreignent pas la réglementation sur le courtage matrimonial, a indiqué mercredi le ministre de l'Economie, Kris Peeters (CD&V).

"Après que le collège des procureurs généraux a suggéré que le programme pouvait ne pas respecter la législation sur le courtage matrimonial, j'ai chargé mes services de se pencher sur la question", explique le chrétien démocrate flamand. "Leur avis est très clair. Les participants ne payent pas de frais et le programme ne peut donc pas être considéré comme une agence matrimoniale", explique-t-il.

Le collège des procureurs généraux avait été sollicité en mars dernier par le ministre de la Justice Koen Geens, qui avait lui-même été interrogé en commission de la Chambre par le député Olivier Maingain (DéFI). Bourgmestre de Woluwe-St-Lambert, ce dernier avait refusé de célébrer un mariage dans le cadre de l'émission d'RTL-TVI, eu égard au risque, notamment soulevé dans un avis par le parquet de Bruxelles, de suspicion de vice de consentement et d'une contestation de la validité.

Le ministre avait ensuite sollicité le collège afin que soit énoncé un avis général sur la question, cela face au risque de jurisprudences disparates selon les arrondissements, alors même que les communes sollicitées par la chaîne de télévision privée avaient fait valoir des positions antagonistes.

L'émission diffusée sur RTL-TVI, un concept qui trouve son origine à l'étranger, consistait à marier deux personnes qui se rencontrent le jour même de la célébration.