Voldemort acquitté lors de sa comparution devant le tribunal © BELGA

La Fédération Française de Débat organisait lundi le procès du plus grand mage noir de notre époque: Celui-Dont-On-Ne-Doit-Pas-Prononcer-Le-Nom. Après Napoléon, Dark Vador ou encore Louis XVI, Vous-Savez-Qui a dû répondre de ses actes lors d'une joute oratoire jubilatoire au Grand Rex à Paris.

Harry Potter, Albus Dumbledore, Severus Rogue, Dolores Ombrage¿ Ils étaient tous présents autour de Romain Decharne -fondateur et président de la Fédération Française de Débat (FFD) et enseignant en art oratoire et rhétorique à Paris- pour ce procès hors du commun. Organisé par la FFD, ce procès s'intéresse à une "personnalité controversée" pour juger ses délits. Tout était mis en oeuvre pour plonger les spectateurs dans l'ambiance de la saga, que ce soit grâce aux costumes ou à un orchestre qui jouait la musique de John Williams, compositeur des derniers films de la série. C'est entouré de Détraqueurs que Lord Voldemort a fait son entrée dans la salle du Grand Rex où se déroulait le procès. Le sorcier devait répondre de nombreux chefs d'accusation dont, entre autres, l'ouverture de la Chambre des Secrets ou l'assassinat de son père et de ses grands-parents moldus. A la vue de ses motifs graves, l'accusation a demandé que le mage noir soit dépossédé de ses pouvoirs magiques. Plusieurs personnages de la saga ont été appelés en tant que témoin. Tous ont mis en avant les nombreux méfaits réalisés par Voldemort. Le génocide de gobelins à Gringotts et la maltraitance de nombreuses espèces magiques (licornes, dragons) ont aussi été reprochés au Seigneur des Ténèbres. C'est Maître Serge Pérez qui défendait Voldemort. Pour sa défense, il a mis en avant l'enfance dénuée d'amour dans laquelle a vécu son client pendant onze ans. Affirmant aussi qu'il avait l'ambition de combattre les forces du mal, ce qu'il n'a pas pu réaliser car personne ne pouvait lui donner un apprentissage à la hauteur de son talent. Selon lui, Voldemort est effrayé par la mort et il demande aux jurés de "laisser une chance" à son client. C'est le public qui allait décider à l'applaudimètre du sort du mage noir. Une foule qui a finalement décidé d'acquitter l'accusé, après plus de deux heures de longs et houleux débats.